SPORT

President cup et Oceania de taekwondo : un " tremplin " pour les athlètes polynésiens


Jeudi 2 Août 2018 à 09:58

COMPETITION – A 24 heures de l’ouverture de ces deux compétitions, Teragi Teriipaia, membre de l’organisation, est venue sur le plateau de TNTV. Selon cette dernière, l’organisation comme la participation à ces événements permet une ouverture sur la scène internationale pour Tahiti et ses îles.


Teragi Teriipaia, membre de l'organisation de la President cup et des Oceania de taekwondo. (Crédit photo : TNTV)
Teragi Teriipaia, membre de l'organisation de la President cup et des Oceania de taekwondo. (Crédit photo : TNTV)
Du 3 au 5 août, la salle omnisports de Mahina accueillera des rencontres internationales de taekwondo : la President cup et les Oceania. Pour la première, 158 athlètes originaires de 16 pays différents vont y participer. Les Oceania seront l’occasion pour les pays comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française de s’affronter.

L’organisation de telles compétitions est une première à Tahiti ?

Pour les Oceania, c’est une première dans l’histoire du sport à Tahiti. En ce qui concerne la President cup, c’est la deuxième fois dans le Pacifique.

Que représente de telles compétitions pour le sport polynésien ?

Pour nos athlètes, c’est un tremplin. Ce sont les meilleurs dans le monde qui vont se présenter là, qui vont se battre sur leur territoire.

Quel est l’objectif pour les athlètes ?

Il faut aller chercher des points dans chaque compétition, 40 pour les Oceania et 20 pour la President cup, afin de remonter dans le classement international.

Est-ce que les taekwondoistes polynésiens ont un bon niveau ?

Dans le Pacifique, on ne peut pas passer inaperçu. On est premier face aux monstres du taekwondo que sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Nous avons du potentiel.

En Polynésie, on compte 1 200 licenciés en taekwondo. Pourquoi il y a un tel engouement ici pour ce sport ?

Tous les sports de combat font partie des sports favoris des Polynésiens. Nous sommes très forts dans les disciplines de combat. Aujourd’hui, 1200 athlètes, 1200 licenciés, on ne peut pas passer inaperçu…

Les trois entités qui organisent le taekwondo ne sont plus en bon terme depuis quelques temps déjà. La situation est-elle toujours tendue aujourd’hui ?

Aujourd’hui, nous sommes passés à l’étape suivante. Nous avons réussi à nous poser, à nous mettre autour d’une table et à discuter. Ces deux championnats là nous ont obligé à nous poser, à revoir notre vision du taekwondo et à remettre l’athlète au centre de nos discussions.

L’organisation n’a-t-elle pas été entachée par ces conflits ?

Certes, elle a été retardée. Il y a eu des choses qui se sont jouées à l’international aussi mais aujourd’hui, non, les entités s’entendent sur l’organisation de ces événements. Nous savons tous que ce sont des tremplins et que ce sont des compétitions qu’on ne peut pas rater. C’est sûr que cela va être compliqué, c’est sûr que c’est difficile mais depuis que la commission ad hoc a été créée, nous avons vraiment espoir que les choses s’arrangent.
 







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Février 2019 - 11:29 Handisport : du foot pour s'évader au quotidien

Mercredi 13 Février 2019 - 16:29 O’League : Tefana n’y arrive toujours pas…

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018