SOCIÉTÉ

« Paka connection » : la question de la dépénalisation du cannabis à la barre


Jeudi 11 Janvier 2018 à 16:02 | Lu 1137 fois

APPEL – Ce jeudi, trois hommes étaient rejugés en appel pour leur participation à un important trafic de paka entre la presqu’île et les îles Sous-le-Vent. Les avocats de la défense ont axé leur défense autour de la question de la dépénalisation.


L'avocat général a requis la confirmation des peines prononcées en appel. (Crédit photo : TNTV)
L'avocat général a requis la confirmation des peines prononcées en appel. (Crédit photo : TNTV)
La dépénalisation du cannabis a animé les débats en cour d’appel. Ce jeudi, trois prévenus impliqués dans un grand trafic de paka entre la presqu’île de Tahiti et les Raromatai étaient jugés en cour d’appel.

En première instance, le tribunal les avait condamnés à des peines de sept, six et quatre ans de prison. L’avocat général a demandé la confirmation de ces peines.

A la barre, ce jeudi, la défense a tenté de minimiser l’implication de leurs clients. Comme lors du premier procès en avril dernier, les avocats ne comprennent pas les réquisitions. Pour Maitre Dubois, avocat de celui considéré comme la tête de réseau :

« J’étais surpris de voir qu’il avait des peines quasiment du double alors qu’il n’avait commis de faits similaires auparavant, alors que d’autres prévenus avaient parfois six ou sept condamnations pour trafic de stupéfiants. C’est vrai que ça amène à s’étonner. »

Au-delà des faits, les plaidoiries des avocats se sont orientés autour de la question plus large de la dépénalisation du cannabis. Pour la défense, il faut que le regard sur ce type de stupéfiant et évolue. Tout comme les condamnations. Maitre Dubois explique, à propos de la dépénalisation :

« Je pense que ce sera surement le cas d’ici une dizaine d’années en France. Est-ce que ce sera le cas ici, je ne sais pas. […] Ce que j’essayais d’indiquer à la cour, c’est que j’aimerais que cette évolution sociétale soit prise en considération. Je pense qu’on ne peut pas continuer aujourd’hui à prononcer des peines aussi lourdes quand il s’agit de cannabis. Je ne parle pas de drogues dures. La politique de répression en matière d’ice et de cocaïne, je la comprends parfaitement autant aujourd’hui, celle en matière de cannabis, je ne la comprends plus. »

Les avocats seront-ils entendus par les juges ? Réponse le 8 février prochain. 
Rédaction web avec Davidson Bennett

Maitre Dubois, avocat d'un des protagonistes de l'affaire








Dans la même rubrique :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 19:36 Le rapport qui dérange

Samedi 20 Janvier 2018 - 12:33 Le Fare Manihini n'est plus

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2018 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017