SOCIÉTÉ

Nucléaire : l’étude transgénérationnelle priorité de la commission Erom


Jeudi 4 Octobre 2018 à 15:13 | Lu 694 fois

​SANTE - La commission parlementaire a tiré ce jeudi matin un bilan de sa visite au fenua. Selon nos informations, une étude scientifique sur les retombées génétiques des essais pourrait être mise en œuvre très rapidement.


Crédit Tahiti Nui Télévision
Crédit Tahiti Nui Télévision
Ce jeudi matin, face à la presse, Lana Tetuanui a dressé un bilan de la visite de la commission Erom (commission de cadrage de la loi Morin issue de la loi égalité réelle outre-mer) dont elle est présidente.

Parmi les recommandations que va faire cette commission, la réalisation d’une étude scientifique transgénérationnelle sur les maladies radio-induite. En janvier dernier, le quotidien le Parisien avait publié l’étude d’un pédopsychiatre, Christian Sueur, réalisée entre 2012 et 2017 sur des enfants des îles voisines de Fantagaufa et Moruroa. Une "étude sur les conséquences génétiques des essais (…) sur les petits enfants des vétérans" qui avait déclenché de vives polémiques, notamment avec le ministère de la Défense, dont les médecins spécialistes avaient fortement contesté la valeur scientifique des travaux publiés dans la presse.
D’où la nécessité pour Lana Tetuanui de réaliser "une vraie étude pour mettre fin à tous les fantasmes".

Selon nos informations, ce jeudi matin, les membres de la commission ont rencontré un médecin qui travaille à Tahiti et qui souhaite prendre en main cette étude. Avec les membres de la commission, il a été évoqué tous les canons à respecter pour ce genre de travaux : il faudra incorporer des scientifiques étrangers, travailler avec un hôpital parisien (ce que fait déjà le médecin de Tahiti dans le cadre d’autres travaux) et associer les autorités sanitaires du Pays et le ministère de la Santé à Paris. Il faudra ensuite prévoir une ou plusieurs publications dans des revues scientifiques.
Selon certains membres de la commission, le déclenchement pourrait intervenir très vite. Il ne manque finalement que la décision politique au niveau du Pays et de l’Etat, ce dont ne doutent pas les membres de la commission à qui nous avons pu parler. Cette étude pourrait être une nouvelle base scientifique pour l’examen de nombreux dossier de demande d’indemnisation et pour éventuellement rallonger la liste des maladies radio-induites. 

Lana Tetuanui a, par ailleurs, dévoilé quelques-unes des préconisations qui seront faites par la commission au Premier ministre dans un rapport qui doit lui être remis avant la fin du mois. Parmi celles-ci, l’ouverture du site de Moruroa au grand public. En commençant notamment par des visites scolaires avec des classes des Tuamotu-Gambier. La commission souhaite également consolider la nouvelle méthodologie du Civen (comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires) et créer un guichet unique pour simplifier les procédures des familles. Lana Tetuanui a aussi indiqué que deux médecins du Civen viendraient en mission au fenua dans quelques semaines pour rencontrer une quarantaine de familles.
 
Bertrand Parent
 
   






SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Hawaiki Nui | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018