SOCIÉTÉ

Maupiti : un armateur privé "souhaiterait mettre en place une liaison maritime"


Vendredi 7 Juin 2019 à 09:57

INVITE DU JOURNAL - La première réunion de l'Observatoire des transports maritimes inter-insulaires se déroule à la présidence ce vendredi. L'occasion d'aborder les problèmes de liaisons dans les îles. Le maire de Maupiti, Woullingson Raufauore était l'invité de notre journal pour en parler.


À Maupiti la situation est délicate puisque cela fait déjà plusieurs années que vous n'avez plus de navette maritime avec l'arrêt du Maupiti express. Quelle est la situation aujourd'hui sur l'île ?
"Évidemment la situation du transport maritime à Maupiti depuis l'arrêt du Maupiti express il y a plus de 5 ans, nous pénalise énormément au niveau du développement économique parce que c'était le seul bateau qui pouvait transporter une, deux ou trois fois par semaine les touristes qui venaient essentiellement de Bora Bora ou Raiatea. Depuis cet arrêt, la situation économique de l'île est complètement retombée."

À quel niveau exactement ? On sait que les ressources là-bas sont la pastèque notamment et l'artisanat...
"J'allais y venir. La situation agricole de Maupiti par l'intermédiaire des planteurs de pastèque s'est subitement arrêtée parce que le Maupiti express pouvait emmener les pastèques à l'extérieur. Aujourd'hui il n'y a quasiment plus de cultivateurs de pastèques à Maupiti. Voilà un frein économique que nous rencontrons aujourd'hui. Mais pas seulement cela : le transport de touristes aussi d'autant plus qu'aujourd'hui le tourisme augmente et Maupiti est très demandé. Même par avion, on a du mal à trouver des places (...).

Il reste encore l'aérien, mais avec un coût de 30 000 Fcfp pour un aller-retour, c'est très cher. Qu'attend la population aujourd'hui ? 
"Oh, c'est même plus proche de 40 000 Fcfp. Ceux de la classe moyenne ont des difficultés financières pour rejoindre Papeete. Le but de la rencontre de demain est d'essayer d'évoluer. On constate aujourd'hui que 12 passagers uniquement peuvent être transportés par les bateaux qui desservent les îles Sous-le-Vent sauf Maupiti je tiens à le préciser. On souhaiterait que les armateurs puissent être les acteurs pour améliorer la situation des îles Sous-le-Vent. Les îles Sous-le-Vent c'est quand même un quart de la population de la Polynésie. C'est 35 000 habitants donc ce n'est pas négligeable."

En fin 2017, vous aviez été approchés par le groupe Martin. Qu'en est-il aujourd'hui ? Est-ce que vous avez été entre temps approché par d'autres armateurs ? 
"Le groupe Martin de l'époque était très intéressé pour faire la liaison des îles Sous-le-Vent et Maupiti bien entendu puisque c'est la seule commune privée de cela. Et aujourd'hui il y a un autre armateur privé qui souhaiterait mettre en place une liaison maritime sur les îles Sous-le-Vent et Maupiti notamment. J'attends l'issue de la réunion pour savoir ce qui sortira de ce sujet." 



 







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes