MONDE

Macron : "Nous ne pouvons pas tolérer la banalisation de l'emploi d'armes chimiques" en Syrie


Vendredi 13 Avril 2018 à 16:50 | Lu 610 fois

POLITIQUE INTERNATIONALE - Le président français Emmanuel Macron a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi que la France participait à l'opération avec les Etats-Unis et le Royaume Uni en Syrie car Paris et ses alliés ne peuvent "tolérer la banalisation de l'emploi d'armes chimiques".


Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
L'intervention en cours est "circonscrite aux capacités du régime syrien permettant la production et l’emploi d’armes chimiques", a expliqué le Président dans un communiqué publié peu après l'annonce que de fortes explosions avaient été entendues samedi avant l'aube dans la capitale syrienne Damas survolée par des avions.

Pour Emmanuel Macron, "les faits et la responsabilité du régime syrien ne font aucun doute" concernant la mort "de dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants" dans une attaque "à l’arme chimique" le 7 avril à Douma.
"La ligne rouge fixée par la France en mai 2017 a été franchie. J’ai donc ordonné aux forces armées françaises d’intervenir cette nuit, dans le cadre d’une opération internationale menée en coalition avec les Etats-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni et dirigée contre l’arsenal chimique clandestin du régime syrien", précise-t-il.

Le Président a ensuite publié sur Twitter une photo le montrant en train de présider une réunion à l'Elysée avec la ministre de la Défense Florence Parly et ses principaux conseillers diplomatiques et militaires.

Près d'un an après son élection, Emmanuel Macron endosse ainsi pour la première fois ses habits de chef de guerre pour ordonner une opération, après avoir hérité de celles contre les jihadistes au Levant (Chammal) et au Sahel (Barkhane). Il n'avait guère laisser planer de doites sur ses intentions de réagir militairement après l'attaque du 7 avril qui correspondait, selon lui, aux "lignes rouges" qu'il avait fixées, à savoir une attaque chimique présentant un caractère "létal" et pour laquelle la responsabilité du régime était "avérée".

Le communiqué de l'Elysée précise que "la France et ses partenaires reprendront, dès aujourd’hui, leurs efforts aux Nations unies pour permettre la mise en place d’un mécanisme international d’établissement des responsabilités, prévenir l’impunité et empêcher toute velléité de récidive du régime syrien". 

"Depuis mai 2017, les priorités de la France en Syrie sont constantes : terminer la lutte contre Daech, permettre l’accès de l’aide humanitaire aux populations civiles, enclencher une dynamique collective pour parvenir à un règlement politique du conflit, afin que la Syrie retrouve enfin la paix, et veiller à la stabilité de la région", insiste-t-il avant d'ajouter : "je poursuivrai ces priorités avec détermination dans les jours et les semaines à venir".

Le chef de l'Etat annonce aussi que, conformément à la Constitution, "le Parlement sera informé et un débat parlementaire sera organisé, suite à cette décision d’intervention de nos forces armées à l'étranger".
AFP







Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Novembre 2018 - 16:28 Nouméa : le temple du tatouage fait peau neuve

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018