POLITIQUE

Les maires polynésiens veulent se faire entendre


Lundi 20 Novembre 2017 à 11:03 | Lu 1721 fois

PARIS - Une quinzaine de maires polynésiens a fait le déplacement pour le 100 ème congrès des maires de France à Paris. La délégation polynésienne qui rassemble près de 80 élus et agent communaux compte bien se faire entendre sur la question des effets du changement climatique dans les archipels.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
 
Ils sont pas moins de 15 tavana à avoir fait le déplacement à l’association des maires de France avec chacun des revendications différentes: pour Sylviane Terooatea, mairesse d'Uturoa, la grosse problématique c’est l’impossibilité de se soustraire au niveau local aux lois votées à Paris. "On a l'impression que ce sont des textes qui ont été faits dans un bureau à Paris par des personnes qui n'ont jamais mis les pieds en Polynésie, et aujourd'hui, on dit ça suffit."
 
Mais ce qui rassemble les polynésiens, c’est l’urgence de la menace climatique : les tavanas tirent la sonnette d’alarme. "Les outremers s'unissent pour que l'on puisse se défendre contre ce réchauffement climatique, surtout les Tuamotu qui risquent d'être touchées en premier.", indique Cyril Tetuanui, président du Syndicat pour la Promotion des Communes de Polynésie Française.
  
 
Ce 100 ème congrès c’est aussi l’occasion pour les maires d’approcher le nouveau gouvernement français et le sensibiliser. "Si nous sommes là aujourd'hui, c'est pour dire que l'on est conscient de la solidarité nationale, mais aussi faire connaître nos spécificités, nos difficultés d'éloignement qui font que nous avons aussi des propositions à faire.", indique René Temeharo, adjoint au maire de Papeete.
 
Et l’association des maires de France présidée par l’ancien ministre de l’OutreMer, membre de l’opposition, compte bien mettre l’exécutif face à ces revendications ultramarines. "Ce centième congrès est placé sous l'objectif de la clarification. Est-ce que oui ou non, nous sommes une république décentralisée. Si la réponse est oui, ce que nous souhaitons, dans ce cas-là, il faut donner plus de moyens, plus d'autonomie, plus de libertés et plus de garanties de continuité de l'Etat dans missions régaliennes.", estime François Baroin président de l’Association des Maires de France.
 
Deux temps forts sont attendus pour les Outre-Mer lors de ce 100 ème congrès : une tribune sur les effets de l’évolution climatique devant l’ensemble des maires puis le très attendu discours d’Emmanuel Macron, jeudi, en clôture.
 
Rédaction web avec Tafari Tirolien et Eric Dupuy  `
 






SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Hawaiki Nui | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018