SOCIÉTÉ

Les 193 ne portent pas plainte contre l'Etat… pour le moment


Samedi 26 Août 2017 à 15:25 | Lu 573 fois

NUCLEAIRE - Après avoir célébré ses trois ans d’existence, mercredi, l’association 193 s’est réunie à Pamatai en conseil d’administration ce samedi matin. Parmi les sujets à l’ordre du jour, le dépôt ou non d’une plainte contre l’Etat français pour crime contre l’humanité, concernant les essais nucléaires.


Crédit photo: DR
Crédit photo: DR
Pour l'heure, l'association a choisi de ne pas déposer plainte contre l'Etat, estimant qu’ils ne disposaient pas des moyens matériels nécessaires. Selon eux, il est préférable d’attendre que les dossiers déposés auprès du CIVEN aboutissent pour que les victimes indemnisées déposent elles-mêmes une plainte. En attendant, ils soutiennent ceux qui ont l'intention de déposer plainte. A savoir, l'Eglise Protestante Maohi et l'UPLD.

Frère Maxime, président exécutif de l'association 193 précise: "Nous sommes conscients des difficultés existantes pour que ces plaintes aboutissent. Il faut que la ou les personnes qui dépose plainte soit reconnu comme ayant subi un préjudice, et pour le moment nous n'avons aucun dossier qui va dans ce sens."

En gros, il faut que l'Etat indemnise une personne au titre des préjudices subis suite aux essais nucléaires, et à partir de là, "On a la preuve matériel qu'il y a eu préjudice et donc on peut porter plainte. Pour le moment les dossiers des personnes que nous avons accompagné dans leur démarche d'indemnisation suite aux essais nucléaires, n'ont pas encore été traités, car le Civen pour l'instant est bloqué."

Rappelons que l’association 193 a déposé à ce jour 36 dossiers auprès du CIVEN. Et 101 dossiers sont toujours en constitution. Un chiffre qui apparait comme peu représentatif de la réalité, comme l'explique Frère Maxime. "Il y a beaucoup de frein à la constitution des dossiers. Le premier frein, c'est la peur." Et de développer. "50 ans de discours pour dire que la bombe était propre, qu'il n'y avait pas de problème, cela occasionne des séquelles dans le subconscient des personnes".

Deuxième frein, la crainte de l'Etat qui représente l'adversaire. "Souvent les personnes hésitent à déposer des dossiers, car ils ont peur pour leur retraite, ou bien parce qu'ils ont des enfants qui sont fonctionnaires d'Etat, ou travaillent au Haut-commissariat." Autre frein, l'obtention de certaines pièces nécessaires à la constitution du dossier d'indemnisation. "Où c'est vraiment la croix et la bannière pour les obtenir."
 
Rédaction Web avec Tamara Sentis et Esther Parau-Cordette







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017