TNTV - Actualité, news, replay et direct live de Polynésie


Le sacre de Vaimalama ouvre le débat sur l'acceptation de soi


Jeudi 20 Décembre 2018 à 16:27

BEAUTÉ - Durant sa préparation à l’élection de Miss France, le passé de ronde de Vaimalama Chaves est devenu un véritable sujet à débat. En métropole, la majorité y voit une revanche sur les moqueries, mais certains l’interprètent comme un rejet des rondeurs ou des personnes en surpoids. En Polynésie, les personnes rondes sont souvent dénigrées.


Miss Ronde 2018 (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Miss Ronde 2018 (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"Quand j'étais jeune, j'ai toujours voulu participer à l'élection de Miss Tahiti. Mais à cause de mes rondeurs, je n'ai pas pu" nous confie Revaura Dumay, qui a remporté au mois de mai dernier le titre de Miss Ronde Tahiti 2018 (Miss Menemene). Cette expérience lui a permis de mieux s’accepter et depuis elle voit la vie autrement. Elle s’est même vue récemment proposer des shootings photo pour une ligne de vêtements grande taille. 

>>> Voir aussi : Vidéo - Vaimalama : l’histoire d’un défi de poids

Revaura se rend compte aujourd’hui que ce qui pose problème ce n’est pas forcément le regard des autres : "C'est nous-mêmes. On se fait du mal tout seul. À partir du moment où tu t'acceptes, tu verras les choses autrement"

Maeva Cavallo (Crédit photo : Tahiti Nui 2019)
Maeva Cavallo (Crédit photo : Tahiti Nui 2019)
Selon les dernières études de la direction de la Santé, 70% de la population polynésienne serait en surpoids. Pour Maeva Cavallo, qui a lancé la marque Tahitian Curves à destination des personnes rondes, la discrimination est presque une hypocrisie en Polynésie : "Dans la perception culturelle locale, il ne faut pas oublier que les rondeurs de la mama Tahiti nous rassurent. Cela a toujours existé dans la culture polynésienne et cela n'a jamais été en soit un frein. Après, j'avoue que dans mon métier, physiquement il y a des choses que je ne peux pas faire. Mais cela n'a jamais arrêté ma créativité, ni créé des problèmes dans mes relations".

>>> Voir aussi : Vidéo - Invitée dans "Quotidien", Vaimalama revient sur son passé de "grosse"
 
Malgré ce constat, les personnes en surpoids ont toujours été victimes de railleries ou de discrimination en Polynésie. "Cela ne doit pas opposer les populations. Au contraire ! Ce qui fait la diversité d'une population, c'est sa diversité. Vaimalama a bien témoigné. Chez nous, on fabrique de magnifiques perles, qu'elles soient minces ou rondes. Ce qui fait le beau caractère d'un collier de perles, c'est la diversité des couleurs et des formes".