SOCIÉTÉ

Le miel local passé au crible


Mercredi 7 Décembre 2016 à 15:53 | Lu 1355 fois

CONSEIL DES MINISTRES - Le conseil des ministres s'est tenu ce mercredi. Parmi les nombreux sujets évoqués, une étude sur la caractérisation des miels de la Polynésie française


Crédit photo: DR
Crédit photo: DR
Le président de la Polynésie française a présenté une communication en Conseil des ministres destiné à informer les membres du gouvernement de l’étude en cours sur la caractérisation des miels de la Polynésie française.
 
L’un des objectifs de la politique agricole menée par le gouvernement est de favoriser l’installation de nouveaux apiculteurs. C’est dans ce sens et afin de favoriser le développement de la filière que le service du développement rural porte un projet d’étude relative à la caractérisation du miel en partenariat avec le Dr Karyne Rogers, de GNS Science. Cet institut de recherche est implanté en Nouvelle-Zélande.

De juin à octobre 2016, le SDR a piloté une campagne de collecte d’échantillons de miels en provenance de tous les archipels de la Polynésie française. 73 apiculteurs ont ainsi fait don de 110 échantillons d’un poids total de 13 kg qui ont été expédies à GNS Science pour subir différents types d’analyses :
 
- une analyse de la nature florale des échantillons basée sur l’identification et la quantification des pollens présents dans le miel.
 
L’inventaire, non exhaustif, des plantes mellifères attendu dans cette étude, représente la première étape de l’élaboration d’un calendrier de floraison polynésien. Il s’agit d’un outil de travail de reconnaissance et d’anticipation de la miellée ainsi que d’un outil d’aide à la décision pour l’emplacement des ruches et la plantation dirigée d’espèces ciblées.
 
- une analyse des caractéristiques physico-chimiques. En effet, le miel est une substance naturelle composée principalement de sucres, d’eau et de substances diverses telles que des acide aminés, des acides organiques, des sels minéraux. Ces constituants et les caractéristiques qu’ils confèrent au miel représentent de robustes indicateurs de qualité.
 
Face aux nombreuses interrogations des consommateurs, les professionnels pourront faire tout l’éclairage sur les critères de qualité minimum d’un miel, ainsi que sur des phénomènes souvent rencontrés tels que la cristallisation ou encore la présence de mousse évocatrice de fermentation du produit.
 
Cette étude représentera donc un support à la définition objective du miel et à un meilleur climat de commercialisation, les prix de vente différents du produit pouvant s’appuyer sur une justification scientifique des différentes qualités proposées.
 
- Enfin, un troisième type d’analyse concerne la recherche de propriétés particulières que pourraient éventuellement conférer certaines plantes telles que le "tamanu" ou encore le "nono".  Un exemple bien connu dans ce domaine est le miel de Manuka réputé pour ses puissantes propriétés anti-bactériennes et cicatrisantes.
 
L’amélioration de ces connaissances présente ainsi un intérêt à la fois pour les producteurs et les consommateurs. Elle ouvre la perspective à une vraie démarche de professionnalisation de la filière, de valorisation et de promotion du produit, tant pour le marché local que pour l’exportation.
 
Le Dr Karyne Rogers sera en mission à Tahiti du 7 au 13 décembre. Son planning d’intervention prévoit notamment des rencontres avec les professionnels, ainsi qu’avec d’autres acteurs de la filière, et des travaux de terrain pour la collecte d’échantillons de fleurs. 
 
Rédaction Web
 

Au cours de son séjour, Le Dr Karyne Rogers animera deux journées consacrées au miel au travers d’une conférence interactive et d’ateliers pratiques sur les techniques d’analyse, ainsi qu’une dégustation pédagogique des miels produits sur différentes îles. Un temps sera également consacré à la présentation des premiers résultats d’analyses des échantillons. Ces deux journées se dérouleront de 9h à 15h, à la salle du gouvernement, à Papeete, le vendredi 9 décembre et le lundi 12 décembre. Elles seront ouvertes aux apiculteurs et limitées à 40 places chacune Les demandeurs peuvent s’inscrire auprès du département du développement rural du SDR (Tel : 40 42 35 24 – courrier électronique: ambre.vancam@rural.gov.pf). Le projet prendra fin au premier trimestre 2017 par la remise d’un rapport d’étude que le SDR tiendra à la disposition du public.

Autres sujets évoqués au conseil des ministres

- Subvention au comité Tahiti I Te Rima Rau pour l’organisation du Salon Te Noera a te Rima’i 
- L’ADEME et le Pays engagés ensemble pour la transition énergétique
- Modalités et nature des épreuves de concours de recrutement des attachés d’administration
- Etudes de réhabilitation pour le Musée Gauguin et le jardin botanique : subvention d’investissement à l’EGAT
- Suppression du Groupement Interprofessionnel du Monoï de Tahiti au 1er janvier 2017
- Proposition d’ouverture d’un bureau annexe d’huissier de justice à Moorea
- Arrêté d’application sur les conditions d’admission au RSPF
- Attribution de subventions de fonctionnement aux associations sportives
- Projet de loi du Pays modifiant la durée de validité des autorisations de construire
- Capacité de conduire : premiers examens sur l'île de Maupiti
- Formation des référents dans le cadre de la création du réseau local d'échouage des espèces marines emblématiques

- Opération de nettoyage des plages dans les archipels de la Société et des Tuamotu
 

Le compte rendu du conseil des ministres








Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Décembre 2017 - 17:05 Arue célèbre son 1er Heiva Noera

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017