SOCIÉTÉ

Le gouvernement apprécie l’effort financier que l'UE consent à la Polynésie


Jeudi 15 Décembre 2016 à 14:17 | Lu 781 fois

COOPERATION - Le Président Edouard Fritch, le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, et le ministre de la Relance économique, Teva Rohfritsch, étaient aux côtés du Haut-commissaire, René Bidal, et du président de l'APF, Marcel Tuihani, pour l’ouverture ce jeudi matin, à la Présidence, de la réunion du comité de suivi du rapport annuel d’exécution de la coopération entre l’Union Européenne et la Polynésie française.


Crédit photo: Présidence
Crédit photo: Présidence
L’ambassadeur, chef de la délégation de l’UE pour le Pacifique, Andrew Jacobs, et le chef du bureau de la Commission européenne pour les PTOM du Pacifique, Efstratios Pegidis, avaient également fait le déplacement pour l’occasion. Dans son discours, le Président a tenu à souligner que le gouvernement appréciait à sa juste valeur l’effort financier que l’Union européenne consentait à la Polynésie française et a salué l’engagement constant de l’Europe pour le développement économique et social des Pays et Territoires d’Outre-Mer, et ce depuis la signature du Traité de Rome en 1957.
 
Edouard Fritch a également rappelé que la réunion du comité de suivi du rapport annuel d’exécution (RAE) de la coopération entre l’UE et la Polynésie française était importante à plus d’un titre. En effet, il s’agit non seulement une obligation réglementaire, mais aussi et surtout d’une occasion pour faire un point sur les actions engagées, d’en mesurer les progrès ou les difficultés, d’y apporter si nécessaire les ajustements requis et finalement d’évoquer en commun les perspectives et les priorités à donner à la coopération future. Le RAE n’est donc pas seulement un exercice technique, mais également un instrument de dialogue politique qui trouve ses prolongements dans les discussions de la Polynésie française avec l’Etat et le Forum de dialogue UE-PTOM.
 
Pour la Polynésie française, la mise en œuvre du 11ème FED, sous la forme d’un appui budgétaire sectoriel, avec le tourisme comme secteur de concentration, implique la définition d’une véritable stratégie, et des mesures d’organisation nouvelles, qui demandent des efforts d’adaptation et un investissement humain important. Le Président ne doute pas que ce défi sera relevé avec succès dans les prochains mois, et que la nouvelle convention de financement pourra donc bientôt être signée.
 
Edouard Fritch a enfin rappelé qu’au niveau régional, l’intégration récente de la Polynésie française comme membre à part entière du Forum des Iles du Pacifique était un événement fondateur qui ne manquerait pas d’avoir des répercussions sur la façon dont le Pays envisage la programmation des aides européennes avec ses partenaires de la région. Des leviers nouveaux s’offrent à la Polynésie française qui devra trouver des stratégies crédibles de coopération régionale pour répondre efficacement aux défis qui se posent à elle, qu’ils soient d’ordre économique comme l’organisation des échanges commerciaux, ou environnemental comme le réchauffement climatique ou la protection des océans.
 
Le rapport annuel d’exécution 2015 de la coopération entre l’Union européenne et la Polynésie française a été formellement adopté à l’issue de la réunion du comité de suivi.
Rédaction Web avec communiqué







SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017