SOCIÉTÉ

La réserve de biosphère de Fakarava menacée par des monticules de déchets


Dimanche 4 Mars 2018 à 10:08 | Lu 1529 fois

ENVIRONNEMENT - La Direction de l’environnement a lancé comme l’an dernier, une grande opération de nettoyage dans 20 atolls des Tuamotu. Objectif : sensibiliser les habitants et rapatrier vers Tahiti un maximum de de déchets recyclables. Sur chaque île, six habitants ont été embauchés pendant une semaine. Leur mission : réhabiliter les plages.


C’est une menace écologique face à laquelle les communes des Tuamotu ont du mal à faire face. Réputés pour leurs plages de sable blanc, les atolls accumulent les détritus en tout genre. A Fakarava, cette équipe spécialement recrutée par la Diren (Direction de l'Environnement) pour un grand nettoyage, le constate au quotidien.

"De tout, on trouve de tout. Des plastiques, des canettes de bières, des bouées, des cordes etc..." indique Frédéric Teikiotiu, marquisien d’origine, installé sur l’atoll depuis 26 ans. Président de l'association "Garuae", il s’implique depuis 9 ans dans les actions pour préserver un environnement qui se dégrade au fil du temps. Il encadre ces volontaires motivés, pour ramasser les déchets et les trier par catégorie.

Les déchets aquatiques sont 100% d’origine humaine. Ils sont constitués à 80% de matière plastique. Les plastiques, cannettes et conserves collectés seront rapatriés vers Tahiti dans une dizaine de grands sacs. L’opération est financée par la Diren. Le verre collecté est laissé à la commune qui se charge aussi de récupérer les déchets les plus toxiques comme les huiles, batteries et piles.

"L'idée est de démontrer que l'on sait et que l'on veut trier, il y a une demande très forte de respecter le milieu et rapatrier les déchets." explique Charles Egretaud, directeur du cabinet d'études environnementales Pae Tai Pae Uta.

Si la volonté de bien faire est là, les moyens pour y parvenir sont dérisoires. Car les volumes récupérés représentent une infime partie de la production de déchets générés par les activités économiques et le quotidien des habitants. Sans infrastructure technique, les communes pourtant compétentes en matière de collecte et de traitement continuent d’enfouir les déchets ménagers. Un paradoxe  dans une réserve de biosphère .

"Quand on voit cela, explique Frédéric, pointant du doigt des déchets enfouis, on est mal. On ne sait pas quoi faire."

Les habitants sont pourtant sensibilisés au tri, certains stockent chez eux les déchets recyclables, mais faute de filière organisée, le manque de civisme reprend le dessus et l’ensemble des déchets est évacué vers les dépotoirs, sans distinction.   L’an dernier le nettoyage de 15 atolls a mis en évidence un manque de connaissance sur les bonnes pratiques et sur la dangerosité de l’enfouissement sauvage.  Peu d’habitants connaissant la procédure des déchets ménagers spéciaux.

Dans ce trou creusé à quelques mètres de l’océan, bidons d’huile, bouteilles et autre produits toxiques sont enterrés sous le sable. Quel est l’impact de la dégradation de ces bidons et autres emballages dans sols ? quel risque sanitaire encourent les habitant sur le long terme ?  Dans ces dépotoirs, beaucoup de déchets ont pourtant une valeur pour les filières de traitement.

"Cela rentre dans des circuits économiques où ces déchets sont indispensables. Certes nous sommes en Polynésie françaises avec 118 îles, sur une surface étendue comme l'Europe, on a des contraintes. Il faut rapatrier ces déchets, et c'est cela qui pose un problème financier. Il y a un coût assez élevé." explique Charles Egretaud.

Pour nettoyer ces galettes de corail et réduire les volumes de déchets,  les communes doivent trouver un budget pour financer le rapatriement. Et donc demander aux administrés de mettre la main à la poche. Difficile pour un maire d’imposer un tarif.

Pour l’heure, les nettoyages annuels se poursuivent. Ici au nord de l’atoll, l’équipe de Frédéric marche sur 10 km en bord de mer pour retirer le maximum de détritus. Dans la marina, ce sont les pneus qui sont remontés à la force des bras. Ces éco-citoyens militent pour qu’une déchetterie soit installée sur la zone portuaire, lieu de passage de tous les habitants des atolls.

Avec le développement touristique, la tendance à l’accumulation de déchets va s’accélérer. Que se passera-t-il lorsque l’une des plus anciennes réserves de biosphère aura atteint son point critique ?

En 2017, sur les 15 atolls concernés par une opération de nettoyage similaire, 5.7 tonnes de déchets avaient été rapatriées, dont 2 tonnes et demi recyclables.
 
Rédaction Web avec Thomas Chabrol







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018