SOCIÉTÉ

La navette maritime : la solution pour éviter les bouchons ?


Jeudi 8 Mars 2018 à 18:14 | Lu 1290 fois

TRANSPORT - Si la grève n’a pas paralysé les routes, certains ont tout de même fait le choix de prendre une navette lagonaire ce jeudi matin pour se rendre en centre-ville. Un moyen efficace qui pourrait bientôt être mis en place de façon pérenne.


crédit: Tahiti Nui Télévision
crédit: Tahiti Nui Télévision
La navette lagonaire, une solution pour contourner la grève ! En prévision du blocage par les grévistes, plusieurs bateaux proposaient de transporter des passagers entre Punaauia et Papeete ce jeudi matin. Il n’y avait pas foule, mais le procédé a tout de même remporté du succès.

« C’est pratique et en plus ça change du quotidien ! » Indique Noellani. Lorsqu’elle a vu l’annonce de navette sur Facebook, elle n’a pas hésité à changer de moyen de locomotion pour se rendre au travail. « J’avais peur d’être dans la circulation avec bébé ».

Venir tous les jours au travail en bateau, Noellani serait « plutôt pour » et elle n’est pas la seule. Alors que la réforme des transports en commun tarde à se mettre en place, et que l’efficacité des travaux de désengorgement des routes est encore timide, ils sont nombreux à vouloir opter pour des transports en commun maritime.

« Quand j’ai vu qu’il aurait une navette ce matin, j’ai sauté sur l’opportunité pour voir ce que ça donne » nous confie Eliane, une autre passagère. « Je travaille pour une société allemande. On a un catamaran solaire en prototype à Bora Bora en ce moment, qui fonctionne uniquement sur l’énergie solaire, et notre idée serait de créer une navette entre Punaauia et Papeete, et la côte Est aussi. L’idée c’est de créer un transport public efficace, 100% solaire et qui n’utilise pas de combustible. »

Aux commandes du bateau, Annick rêve du même projet. « Je les ai vu ce week-end, en souffrance, en colère. Mon idée c’était de leur rendre service ce matin et en plus, en bateau, c’est que du plaisir. » Mais son idée c’est aussi de mettre à profit son bateau pour faire la navette. « Le bateau est à mon nom, j’ai créé une société pour pouvoir transporter du monde. J’envisage de faire une navette incessamment sous peu. Ma demande est en cours, j’attends les autorisations et dès que c’est validé, j’y vais. En attendant, si je peux rendre service…. »
 
Un service pour lequel les passagers ont tout de même déboursé 1500Fcfp l’aller simple… c’est un peu plus cher que le bus… mais un peu plus rapide aux heures de pointe. Comptez 30 minutes, entre Punaauia et Papeete, la vitesse de navigation étant limitée à 5 nœuds.

Reste que ces navettes devaient obtenir une autorisation de transporter des passagers avant d’exercer leur activité. Selon la direction polynésienne des affaires maritimes (DPAM) et le service d’Etat des affaires maritimes en Polynésie française, aucun bateau n’a fait de demande de permis de navigation (titre de sécurité) pour utilisation commerciale ou pour transports de passagers entre Punaauia et Papeete ces dernières semaines. Ces navettes, si pratiques et plaisantes, ont donc, pour certaines, transporté leurs passagers en toute illégalité.
 
Rédaction web avec Sophie Guébel







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Juin 2018 - 09:36 CSTP-FO : le divorce est consommé

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | RUSSIE 2018 | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018 | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | MissDragon2018