TNTV - Actualité, news, replay et direct live de Polynésie


La mise au point du maire de Mahina à quelques jours des Territoriales


POLITIQUE – Damas Teuira a convié la presse, ce mercredi matin, à la Pointe Vénus pour lui affirmer sa position quant aux élections. Le tāvana se place du côté du Tapura Huira’atira, même s’il n’est pas sur la liste.


(Crédit photo : TNTV)
(Crédit photo : TNTV)
Juste une mise au point. Ce mercredi matin, le maire de Mahina, Damas Teuira, a organisé une conférence de presse pour affirmer son soutien au Tapura huira’atira, le parti mené par Edouard Fritch.

 Le tāvana a dit vouloir attendre « le moment opportun » pour faire cette annonce. Un soutien apporté, en dépit du fait que ni Patrice Jamet, ancien maire de Mahina et candidat proposé pour représenter la commune pour la section 2, ni lui-même ne figurent sur la liste du parti Rouge. Edouard Fritch a finalement préféré Nicole Sanquer, présente de la fédération communale du Tapura.

Damas Teuira, entouré du frère et du neveu du président du Pays, indique :

« Depuis plusieurs jours, tout le monde m’a interpellé, en tant que tāvana, pour connaître ma décision. J’ai donc décidé de clarifier la situation. Cela n’a rien à voir avec le fait que je ne sois pas sur la liste du Tapura… »

Damas Teuira a répété à plusieurs reprises l’importance et la satisfaction de son « partenariat » avec le gouvernement actuel. A la question de sa déception de ne pas être sur la liste, l’édile botte en touche :

« Je ne veux pas me plaindre parce que je ne suis pas sur la liste du Tapura. Bien au contraire, la liste a été établie, il y a eu des principes qui ont été énoncés par Edouard. […] J’ai décidé de respecter ce choix, cela n’a pas été facile, mais j’ai accepté. »
 

L’OMBRE D’EMILE VERNAUDON

Au centre, le maire de Mahina et à droite, Edgard Fritch, élu municipal. (Crédit photo : TNTV)
Au centre, le maire de Mahina et à droite, Edgard Fritch, élu municipal. (Crédit photo : TNTV)
Pour justifier cette conférence de presse à quelques jours du premier tour du scrutin et sur un site rénové sous le gouvernement d’Edouard Fritch, Damas Teuira ajoute :

« Tout le monde va se référer à la position du tāvana. J’ai pris conscience de l’importance de la position du maire. »

Outre le calendrier, cette « prise de conscience » intervient au lendemain d’un meeting Orange au collège de Mahina où se sont massés de nombreux sympathisants et une semaine après le grand retour sur la scène politique de l’ex maire Emile Vernaudon.

Ce dernier est allé à la rencontre de la population pour défendre les couleurs du Tahoeraa huira’atira. Cette action a-t-elle incité le Tapura à réagir ? Damas Teuira souligne :

« Il a du mal à couper le lien qui le lie à la mairie de Mahina.  Je suis admiratif dans le fait que tout ce qu’il se passe, tout l’appareil judiciaire, il continue quand même à espérer… Il a une certaine force de caractère. Etre maire pendant 30 ans, ce n’est pas rien. Mais aujourd’hui, il y a une nouvelle méthode de faire de la politique. Les gens, on ne peut plus les avoir avec des gros discours comme ça. Ils regardent ce que tu fais et ce que tu es. Il faut de la cohérence… »
Rédaction web avec Laure Philiber
 



Mercredi 18 Avril 2018 à 14:59 | Lu 738 fois






Territoriales 2018