SOCIÉTÉ

La délinquance baisse, le trafic de stupéfiants augmente


Mercredi 11 Octobre 2017 à 13:52 | Lu 1166 fois

DELINQUANCE – Le haut-commissaire René Bidal à rendu public, ce mercredi, les chiffres liés à la délinquance. Le bilan s'avère plutôt positif, avec une baisse globale sur cinq ans des chiffres de la délinquance. Seul bémol, les affaires liées au trafic de stupéfiants, qui elles, sont en hausse.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Selon René Bidal, "Les statistiques consolidées au niveau national et qui sont les seules à faire autorité en la matière confirment, que sur cinq ans, la délinquance est globalement en baisse en Polynésie française. C’est en particulier le cas sur les neuf premiers mois de l’année 2017 par rapport à la même période de 2016".

Désirant "contrecarrer ceux qui véhiculent l’image fausse d’une Polynésie française qui subit alors même, que les choses s’améliorent y compris pour la délinquance en cols blancs", le haut-commissaire assure que "La Polynésie est plutôt préservée" et que  "Les Polynésiens méritent mieux qu’une réputation injustifiée", assurant que "malgré l’adversité que certains peuvent rencontrer dans leur quotidien, les Polynésiens sont honnêtes, respectueux de leur prochain et de l’autorité". 

 

En baisse: les atteintes volontaires a l'intégrité physique.

En baisse, sur une même période de 9 mois allant de janvier à septembre 2017, par rapport à 2016, les atteintes volontaires à l'intégrité physique. Celles-ci sont réparties en trois catégories: Les violences physiques crapuleuses, les violences physiques non crapuleuses et les violences sexuelles.

Les atteintes volontaires à l’intégrité physique représentent 1 936 faits en 2017 en légère baisse de 2.3 % par rapport à 2016 où l'on comptait 1982 faits pour la même période.

Dans le détail, les violences physiques crapuleuses ne représentent que 79 faits en 2017 en baisse de 12.2% par rapport à 2016 où l'on en comptait 90. Selon René Bidal, " Ces violences crapuleuses sont quatre fois moins importantes en Polynésie qu’en métropole".  

Si les violences physiques non crapuleuses, qui relèvent de la sphère  intrafamiliale ou de proximité, connaissent elles aussi une baisse. 1472 faits en 2016 pour 1422 en 2017, en revanche au niveau national, la Polynésie est plus touchée. Avec un taux de 5.2 faits pour 1 000 habitants en Polynésie, les chiffres sont supérieurs au taux national (3.64 faits pour 1 000 habitants).

Quant aux violences sexuelles, celles-ci sont en baisse avec en 2017, 168 faits contre 187 en 2016. A noter que 26% des violences sexuelles sont de nature intrafamiliale en 2017.

 

En baisse: les atteintes aux biens.

En baisse aussi, les atteintes aux biens. Celles-ci sont classées en deux catégories. Cambriolages et vols de véhicules à moteur.

Les atteintes aux biens représentent 4602 faits en 2017 contre 4992 en 2016, soit une baisse de 7.8%. Selon le haussariat, la Polynésie serait plutôt préservée en matière de délinquance d’appropriation (vols divers et dégradations) : rapporté à 1 000 habitants on relève 1/3 de moins de délits constatés en Polynésie à comparer avec France entière. De plus, une affaire sur quatre serait élucidée ce qui serait "exceptionnel à l’échelle nationale".

Concernant les cambriolages, ceux-ci se montent à 758 cas en 2017 contre  932 en 2016. Quant aux vols de véhicules à moteurs, 1005 cas relevés en 2017 contre 1060 en 2016.

 

En baisse: les affaires dans lesquelles des mineurs sont mis en cause.

Là aussi, les chiffres sont en baisse. Avec 779 cas en 2017 contre 992 en 2016, les autorités judiciaires enregistrent une baisse de plus de 21%. Pour autant, selon les services de l'Etat, "Sur cinq ans, les chiffres n’apportent pas de renseignement notoire quant à l’évolution, ils ne démontrent pas une explosion du nombre de mineurs mis en cause mais plutôt une stabilisation".

 

En hausse: les infractions liées aux stupéfiants.

En revanche, concernant les affaires de "stup" qui défrayent la chronique ces derniers temps avec d'importantes saisies d'ice et de cocaïne, même si cette dernière est plutôt destinée au marché australien, les infractions aux stupéfiants sont en hausse de 6%. A noter que l'usage du cannabis largement répandu, fait l'objet de nombreuses interpellations.

 
Rédaction Web







SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017