SOCIÉTÉ

La consommation de tabac en baisse au fenua


Mardi 18 Décembre 2018 à 18:00 | Lu 560 fois

EXCLUSIF - La consommation de tabac a encore diminué en 2018 selon les derniers chiffres des services douaniers que Tahiti Nui Télévision s’est procurés. Une baisse essentiellement due au prix des paquets de cigarettes qui a augmenté de près de 40% en 2017. Une tendance qui devrait se renforcer dans les années à venir.


(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
La cigarette a de moins en moins d’adeptes au fenua. En 2016, près de 263 tonnes de tabac ont été importées localement contre 249 tonnes en 2017, et 223 tonnes cette année. Soit une baisse globale de 10% entre 2017 et 2018 -contre une baisse de 5% entre 2016 et 2017. Si une prise de conscience de la population a pu jouer, de même que l’essor des cigarettes électroniques, le principal facteur explicatif est, selon les professionnels, la hausse des prix. Elle a été de près de 40% en 2017, ce qui a dissuadé une partie des fumeurs.

>>> Lire aussi : Tabac, contrefaçons, drogue, espèces protégées : la douane fait le bilan

"On est devenus indépendants avec ma femme : on a une maison, un loyer et des charges à payer... Et la vie est chère ! Donc, on a arrêté l'alcool et la clope". explique Gabriel. Si le jeune homme a arrêté la cigarette, c'est donc avant tout par souci d'économie.

C’est également ce que constatent les médecins du Centre de Consultations Spécialisées en Alcoologie et Toxicomanie. Avec un bémol toutefois. "L'augmentation a eu l'effet escompté, à savoir, faire baisser le nombre de consommateurs. Maintenant, il ne faut pas rêver, cela a fait diminuer le nombre de personnes qui ne fumaient pas de façon régulière. Mais je ne pense pas que cela ait fait baisser le nombre de fumeurs dépendants" déclare la docteure Marie-Françoise Brugiroux, chef de service du Centre de Consultations Spécialisées en Alcoologie et Toxicomanie.

(Source : Services douaniers de Polynésie)
(Source : Services douaniers de Polynésie)
Cette diminution du nombre de fumeurs ne fait pas les affaires de tout le monde. Les buralistes voient leurs chiffres d’affaires baisser. "Ces deux dernières années, on doit être à -20% en volume, parce qu'après, étant donné que les prix ont augmenté, le chiffre d'affaires se stabilise" nous dit Jean-Marc Castillo, buraliste. Au vu des tarifs actuels, un marché parallèle s’est créé selon lui. Certains fumeurs ont changé leurs habitudes : "Beaucoup se sont tournés vers le tabac à rouler. On en vend beaucoup plus que les années précédentes car cela permet aux consommateurs de fumer quand même mais à moindre coût" poursuit le buraliste.

>>> Voir aussi : Vidéo - BPCO : "les gens continuent à fumer et commencent très jeunes"

"Comme toujours, la baisse porte beaucoup plus sur les cigarettes que sur le tabac à rouler qui est moins taxé. C'est quelque chose qu'il faudrait compenser parce que le tabac à rouler est beaucoup plus nocif que les cigarettes avec des filtres" ajoute Marie-Françoise Brugiroux. Pourtant, selon les chiffres de la douane, le volume de tabac à rouler a lui aussi chuté de 7%. La baisse de la consommation malgré la hausse des prix du paquet constitue un manque à gagner en recettes fiscales pour les caisses du Pays. Ce qui n’empêchera pas le gouvernement de relever une nouvelle fois les tarifs en début d’année.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"Ce n'est pas parce que les taxes perçues baissent qu'il ne faut pas continuer à augmenter le tabac. Nous maintenons cette taxe, et le tabac augmentera de 5% encore au 1er janvier 2019. L'objectif est atteint : on fume moins"  déclare Edouard Fritch, le président de la Polynésie française. Cette augmentation progressive entend poursuivre la lutte contre le tabagisme, qui cause chaque année 194 décès en moyenne sur le territoire.

>>> Lire aussi : Vers une augmentation des taxes pour les produits sucrés, les tabacs et les boissons viniques

Mais la partie est encore loin d’être gagnée. Selon les derniers chiffres disponibles, 41% des habitants de Polynésie fument. Et particularité locale, ils commencent très jeunes : deux tiers avant l’âge de 14 ans, avec les conséquences que cela comporte. "Plus on va commencer jeune, plus on va être dépendant rapidement, et plus ça sera difficile à l'âge adulte de s'arrêter. Et les complications vont apparaître : le cancer du poumon va apparaître 10 ans plus tôt par exemple. C'est ça la gravité en Polynésie, l'âge de début du tabagisme" dit Marie-Françoise Brugiroux.
 
Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018