SOCIÉTÉ

L’herbe haute du quai de Uturoa ternit l’arrivée des croisiéristes


Lundi 21 Janvier 2019 à 16:46

RAIATEA - L’association Uturoa Centre-ville dénonce le manque d’entretien sur le quai de Uturoa. Les croisiéristes ont été accueillis avec de l'herbe jusqu'à hauteur de genou. Une situation qui fait craindre le pire à l'association : que les paquebots ne s'arrêtent plus sur l'île Sacrée si la situation devait perdurer.


(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"Quand les touristes arrivent, c’est la première chose qu’ils voient, l’herbe partout sur le quai, déplore Avaearii Teriihaunui, membre de l’association Uturoa Centre-ville. Là-bas, il y a même de l’herbe à hauteur du genou."
 
Voir de l’herbe à hauteur des genoux à la descente d’un paquebot, ce n’est pas forcément ce qu’attendent les croisiéristes d’une destination touristique. Pour les prestataires qui accueillent ces visiteurs, c’est même une honte.
 
"On a eu plusieurs remarques, notamment du directeur général du paquebot, poursuit Avaearii. Ensuite, on a eu celles des tour-opérateurs, des prestataires et des touristes…"
 
Pour éviter que les graines d’herbes et autres insectes ne restent accrochés aux chaussettes ou aux vêtements, les touristes passent entre les rochers, où l’herbe est moins haute. Une situation assez désagréable et dérangeante pour que l’association Uturoa Centre-ville lance un appel.
 
"Ce qu’on aimerait, ce qu’on demande aux services concernés, c’est qu’ils désherbent le plus rapidement possible parce qu’au mois de janvier, mars et avril, on reçoit dix gros paquebots, explique Avaearii. Et ce sont dix gros accueils qui pourraient être gâchés rien qu’avec l’herbe qui pousse sur le quai."
 
Si aucune mesure n’est prise d’ici le mois prochain, l’association craint que les paquebots refusent de venir à quai ou ne changent tout simplement de destination.
 
Joint par téléphone, le Port autonome, en charge de la marina de Uturoa, nous a indiqué être au courant de ce problème depuis plusieurs années. Différentes solutions seraient à l’étude, notamment celle de refaire un dallage qui empêche l’herbe de pousser, mais les appels d’offres réalisés sont pour l’instant infructueux, notamment à cause du coût trop élevé de l’opération.
 
En attendant, le Port autonome assure que des jardiniers vont passer dès jeudi nettoyer les lieux à la débroussailleuse et qu’ils passeront désormais une fois par mois.
 
 
 
Rédaction web avec Rony Mou-Fat 
 
 







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes