SOCIÉTÉ

L’église protestante Ma’ohi maintient sa plainte contre l’Etat Français


Lundi 31 Juillet 2017 à 09:16 | Lu 3718 fois

RELIGION - Le 33ème synode de l’Eglise protestante Ma’ohi s'est clôturé dimanche à Teahupo’o. Cinq grands thèmes ont été débattus cette semaine. Parmi ceux-ci, la plainte contre l’Etat français pour crime contre l’humanité.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Les responsables de  l’Eglise Protestante Ma’ohi se sont penchés sur 5 grands thèmes cette année: La problématique la plus sensible est la plainte contre l’Etat français pour crime contre l’humanité.  Elle compte se faire entendre des 348 autres Eglises qui composent le conseil œcuménique des églises.  Les conséquences des essais nucléaires dans le pacifique n’intéressent pas seulement Tahiti. 
 
 "Au conseil œcuménique des églises, nous considérons que nous sommes la voix des chrétiens qui souhaitent que justice soit faite, et nous voulons offrir une tribune pour soulever cette problématique de la meilleur manière pour que la lumière soit faite.   Nous souhaitons aussi faire comprendre au monde les risques liés aux armement nucléaires, dont dépendent les grandes puissances.", explique Olav Fykse Tveit, Président du conseil oécuménique des Eglises.
 
Un combat qui est aussi porté par le parti indépendantiste, qui compte porter cette plainte à l’ONU. "Il n'y a pas de discussions réelles entre nous, parti politique et l'Eglise, qui souhaite rester indépendante. Par contre, à partir des décisions qui risquent d'être prises, ce dimanche,  dans le prolongement de ce qui a été fait l'année dernière, nous serions très intéressés de l'évolution de ce dossier sous le regard évangélique et chrétien.", précise  Richard Tuheiava, Vice-président du Tavini huiraatira.
 
Cette semaine le président de l’Eglise protestante Maohi accompagnera le secrétaire général du conseil œcuménique des Eglises à Samoa.  Ils présenteront le bilan de ce synode aux Eglises du Pacifique.
 
Pour Taaroanui Maraea, président de l'Eglise Protestante Maohi, "Nous comptons beaucoup sur la solidarité régionale, et aussi internationale pour soutenir cette plainte. (…) Ce qui est fondamental, ce ne sont pas les conséquences qu'il y aura après la plainte, mais c'est ce que chacun et chacune d'entre nous retrouve sa pleine liberté, son autonomie, sa liberté de conscience. Prendre lui-même une décision contre une injustice. C'est cela qui est le plus important."
 
Rédaction Web







Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Décembre 2017 - 17:05 Arue célèbre son 1er Heiva Noera

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017