SOCIÉTÉ

L'Ecmo, une technique médicale qui permet de sauver des vies


Mercredi 6 Juin 2018 à 17:20 | Lu 1983 fois

SANTE – Jusqu’au 8 juin, une trentaine de médecins et d’infirmiers de l’hôpital de Taaone se forment à l’utilisation de l’Ecmo, une machine qui sert de poumon et de cœur artificiel. Ce dispositif permet aux malades en grave insuffisance cardiaque ou respiratoire de faire le voyage jusqu’à Paris pour subir une greffe du cœur.


Depuis lundi, des médecins et infirmiers du centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) sont en formation. Dans quelques jours, ils passeront le diplôme universitaire de l’Ecmo, Extra corporeal membrane oxygenation.

Derrière ce nom compliqué, sa cache une petite machine qui officie à la place du cœur et des poumons quand ces organes sont défaillants. Eric Bonnieux, médecin en réanimation et et responsable du programme, précise :

« Quand on met une Ecmo, c’est que le patient est en train de décéder. L’Ecmo, c’est une technique très particulière. C’est une spécialité dans la spécialité… »

Mise en place au CHPF depuis 2011, elle demande de nombreuses formations. Cette semaine, Alain Combes et Matthieu Schmidt, deux médecins de réanimation l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, la dispensent. Alain Combes souligne :

« Nous formons à ce diplôme universitaire pour développer les thématiques d’assistance avec des machines de dernière génération qui permettent de prendre en charge des malades qui ont des défaillances, soit cardiaque, soit pulmonaire, soit les deux. Cette machine permet de leur sauver la vie. Pour des malades qui n’ont plus de réserve pour survivre, quand on leur implante ces machines-là on peut les stabiliser… »

Certains patients guérissent et n’ont plus besoin de l’Ecmo. D’autres, en revanche, doivent être transférés vers l’hôpital métropolitain afin de recevoir une greffe.  

Depuis sa mise en place au fenua, l’Ecmo a permis de sauver la vie de plus d’une quarantaine de patients, en leur offrant une assistance cardiaque pour quelques heures, le temps que leur fonction vitale se remette en marche.

Il devient désormais possible pour les malades aux lésions irréversibles, d’être branchés à la machine pendant toute une Evasan jusqu’à Paris. L’équipe de réanimation du Taaone estime qu’un peu moins d’une dizaine de Polynésiens pourront être sauvés chaque année.
Rédaction web avec Tamara Sentis







Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Juillet 2018 - 20:12 Le fa'a'ati fa'a'apu, victime de son succès

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018 | POLITIQUE | RUSSIE 2018 | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | MissDragon2018