FAITS DIVERS

Jean-Paul Urima condamné pour faux en écriture


Mardi 14 Mai 2019 à 16:05

JUSTICE - Jean-Paul Urima a été condamné ce mardi pour faux et usage de faux en écriture et diffamation à 300 000 Fcfp d’amende avec sursis et une contravention de 1 000 Fcfp. L’intéressé avait rédigé des courriers en tant que secrétaire général par intérim de la CSTP/FO alors qu’il n’en avait pas la qualité.


Jean-Paul Urima et son avocat, Me Bennouar. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Jean-Paul Urima et son avocat, Me Bennouar. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"Une guerre des chefs." Voilà comment le président du tribunal correctionnel a synthétisé, ce mardi lors du procès de Jean-Paul Urima, le contexte de l’époque à la CSTP/FO.
 
Après la démission du secrétaire général Angelo Frebault en mars 2018, une période de flou s’était ouverte. Le mois suivant, Jean-Paul Urima avait adressé plusieurs courriers au directeur du Travail ou encore au procureur de la République, signés de sa main en tant que secrétaire général par intérim de la confédération. Une qualité à laquelle il ne pouvait prétendre.
 
"En réalité, M. Jean-Paul Urima a tout simplement essayé de prendre CSTP/FO comme un dictateur prendrait un pays avec des élections frauduleuses, a déclaré Me Eftimie-Spitz, l'avocate de la CSTP/FO. Il a commis des faux en convoquant et en prétendant avoir été élu. Ça a causé une grosse confusion dans la presse notamment et au sein de CSTP/FO."
 
Jean-Paul Urima a quant assuré à l’audience avoir été élu par 32 cadres du syndicat, sans toutefois en apporter la preuve. Mais son avocat a évoqué la bonne foi de son client pour demander sa relaxe, ce dernier étant persuadé, selon lui, d’avoir été nommé secrétaire général par intérim.
 
"Très sincèrement, il pensait l’être, a assuré son conseil, Me Bennouar. Il a été désigné par plusieurs personnes. J’ai peine à croire qu’on puisse douter de cette légitimité. Sur la forme juridique, on peut toujours la contester, et elle a été contestée. Mais la forme juridique n’impacte pas le fond."
 
Jean-Paul Urima a été condamné pour faux et usage de faux en écriture et diffamation à 300 000 Fcfp d’amende avec sursis et une contravention de 1 000 Fcfp.
 
Il devra également verser 100 000 Fcfp de dommages et intérêts à la CSTP/FO mais aussi 60 000 Fcfp à Patrick Galenon. Dans un mail adressé à des adhérents, il accusait l’actuel secrétaire général du syndicat de pratiques mafieuses. L’avocat de Jean-Paul Urima a annoncé qu’il fera appel du jugement.
 
Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Mai 2019 - 17:18 Une voiture prend feu à Punaauia

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | Festival des îles | TAHITI VA'A 2018 | Beach soccer | FenuaHeroes