SOCIÉTÉ

Inondations à Papeete : René Temeharo veut trouver des solutions adaptées


Jeudi 28 Décembre 2017 à 12:13 | Lu 802 fois

INONDATIONS - Les fortes précipitations de mercredi matin ont généré des inondations dans plusieurs quartiers de la capitale. Des débordements récurrents, qui ont des causes multiples : canaux d'écoulement trop exigüs, incivisme, structure et aménagement de la commune... l'adjoint au maire cherche des solutions adaptées...


Plusieurs familles ont été surprises, mercredi matin, par des inondations dans leur foyer. Notamment sur Papeete. 
Interpellée par plusieurs riverains, la mairie indique qu'elle cherche des solutions :  "Sur divers aspects, la configuration de notre ville fait que nous avons des canalisations qui certainement, aujourd'hui, ne sont plus adaptées à la réalité des constructions", explique René Temeharo, chargé de la protection civile et de la sécurité. 

L'adjoint au maire poursuit : "Nous avons un schéma d'organisation que nous avons entrepris. Je suis étonné de voir autant d'incivisme, des caniveaux bouchés, alors que nous avons réalisé des opérations de curage il y a 1 mois et demi. Nous avons mis les moyens, et peu de temps après, on se retrouve dans cette situation, que je déplore. On recherche toujours des solutions adaptées car nous sommes conscients que ceux qui sont proches de la mer, par la force des choses, se retrouvent très impactés. Nous sommes conscients de la situation. Nous allons voir comment reconfigurer nos infrastructures en amont. Il faut qu'on en parle avec le Pays, qui est notre partenaire pour les gros investissements". 

René Temeharo rappelle que des actions ont déjà été amorcées : "Nous avons déployé une centaine de millions dans le secteur de Vaniniore-Patutoa. Ce n'est pas suffisant mais on est aussi tributaires d'aspects qui ne sont pas de notre fait. On a abîmé notre nature : il y a un impact. On est désolés de la situation, on va réagir pour essayer d'atténuer les impacts. On ne peut pas promettre de tout régler, c'est impossible. (...) On n'a pas envie de prendre des mesures extrêmes. On ne veut pas délocaliser les gens. Le Pays et la commune doivent trouver des solutions adaptées".
 
Laure Philiber 







Dans la même rubrique :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 19:36 Le rapport qui dérange

Samedi 20 Janvier 2018 - 12:33 Le Fare Manihini n'est plus

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2018 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017