FAITS DIVERS

Huahine : il accuse le maire, les gendarmes et des notables d’être « corrompus »


Jeudi 22 Février 2018 à 14:12 | Lu 2838 fois

JUSTICE - Drôle d’affaire, jeudi matin, devant la cour d’appel : un habitant de Huahine comparaissait pour avoir tagué une inscription sur le rideau de fer du commerce appartenant au tavana, Marcelin Lisan, dit « Titi ». Il l’accusait de même que les gendarmes de l’île, le secrétaire général de la mairie, et un prestataire, d’être « corrompus ». « Mon problème, c’est de peut-être trop discerner », a-t-il expliqué.


Huahine : il accuse le maire, les gendarmes et des notables d’être « corrompus »
Dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, cet homme de 36 ans, fils d’un ancien conseiller municipal, avait donc décoré à sa manière la devanture du commerce du maire.

Quelques jours plus tard, il adressait également un courrier au procureur de la République dans lequel il accusait le chef de la brigade de la gendarmerie de l’île et son adjoint d’être corrompus.

« Vous aviez un compte à régler ? », l’a interrogé ce jeudi à l’audience le président de la cour. « Un petit peu », a soufflé l’homme justifiant son geste par le fait de « vouloir réveiller les consciences ».

«Mais pourquoi corrompus ? », a insisté le président. Réponse de l’autre : « venez à Huahine. Je connais bien mon île. Ceux qui ont des positions décisionnelles, économiquement ou judiciairement, ils se connaissent ».

Et le trentenaire de poursuivre sur sa lancée en évoquant les connivences, « les relations douteuses entre autorités et grandes entreprises » sur son île. Avant d’expliquer qu’il ne trouvait pas normal « que le premier magistrat de l’île -Le maire, NDLT- ait la capacité de muter un gendarme ».

 « Vous croyez çà ? Je peux vous dire que non », a rétorqué le président, stupéfait.

Puis revenant sur ses accusations concernant les deux gendarmes, l’homme s’est dit « harcelé » par ces derniers.

« Vous n’êtes pas un peu parano, vous ? », a fini par lâcher le magistrat. « Non, mon problème c’est de peut-être trop discerner ».

En première instance, le prévenu avait été condamné à 80 000 francs d’amende uniquement pour dégradation. Une décision dont le parquet avait fait appel.

Dans ses réquisitions, l’avocat a estimé que le trentenaire n’avait pas diffamé le maire en le traitant de corrompu car le tavana a « déjà été condamné pour atteinte à la probité ».

Mais il a considéré que l’outrage aux deux gendarmes était établi. Il a donc demandé à ce que le prévenu soit condamné à une seconde amende de 100 000 francs.

Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu dans quelques semaines.
J-B. C. 
 






SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018 | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | MissDragon2018