MONDE

Fac de Montpellier : enquêtes administrative et judiciaire après l'évacuation violente d'étudiants


Vendredi 23 Mars 2018 à 09:26 | Lu 1115 fois

MÉTROPOLE - Des hommes cagoulés ont violemment expulsé dans la nuit de jeudi à vendredi des étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la faculté de droit de Montpellier, suscitant de nombreuses condamnations et l'ouverture d'enquêtes judiciaire et administrative.


Google
Google
Le parquet de Montpellier "a ouvert une enquête pour des faits de violences en réunion et avec arme", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Montpellier Christophe Barret, précisant que cette enquête "visait également l'intrusion". 

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal "a été informée de l'intrusion, au cours de la nuit, de plusieurs individus au sein de la faculté de droit de l'université de Montpellier", indique un communiqué du ministère précisant que "ces individus encagoulés ont commis des violences sur plusieurs personnes qui étaient présentes". 

La ministre a condamné "avec la plus grande fermeté ces actes de violence" et souhaité que "toute la lumière" soit faite. Elle a, à cet effet, "missionné immédiatement l'Inspection générale de l'administration de l'Education nationale et de la Recherche (IGAENR) afin qu'elle se rende sur place dès lundi", indique le communiqué. 

Frédérique Vidal prendra par la suite "l'ensemble des décisions qui s'imposent, en engageant le cas échéant des poursuites judiciaires", précise encore le texte. 

Cette intrusion avait été dénoncée vendredi matin par la Ligue des droits de l'Homme et par des syndicats, qui ont évoqué "plusieurs blessés" parmi les étudiants.

Le président de l'université, Philippe Augé, a de son côté annoncé à la mi-journée la fermeture de la faculté jusqu'à lundi matin et dit avoir déposé plainte contre X "afin que toute la lumière soit faite sur les événements".

Contactée par l'AFP, la préfecture a parlé de son côté "d'échauffourées entre étudiants" à l'intérieur de la faculté, précisant que la police était intervenue à l'extérieur dans le cadre d'un "trouble à l'ordre public" et pour prendre en charge trois blessés. 

A la mi-journée, un rassemblement de protestation devant les grilles baissées de la faculté de droit, à deux pas du rectorat, a réuni plusieurs centaines d'étudiants, a constaté une journaliste de l'AFP. Au micro, des intervenants ont réclamé "le droit de manifester une opposition sans se faire agresser" et mis en cause le rôle "du doyen (de la faculté de droit) et ses sbires". 

"Parmi les personnes cagoulées, oui, c'est possible qu'il y ait eu un prof de droit", a réagi le doyen de la faculté de droit, Philippe Pétel, auprès de CheckNews, le site de fact checking de Libération. "Il y a un groupe de gens de droit qui étaient opposés à l'occupation de la fac", ajoute-t-il, assurant ne pas avoir vu la scène de l'amphithéâtre et ne pas être "à l'initiative de la venue de ces hommes en noir", comme certains étudiants l'en accusent.

Les vidéos diffusées sur des pages Facebook et relayées par la LDH montrent l'intervention dans un amphithéâtre de plusieurs hommes cagoulés qui frappent avec ce qui ressemble à des morceaux de planche ou de palette en bois les étudiants qui y sont réunis.

Des étudiants protestant contre la nouvelle loi Vidal portant sur les règles d'accès à l'université bloquent l'université montpelliéraine de Lettres Paul Valéry depuis mi-février. 
AFP








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018