SOCIÉTÉ

Fa’a’apu et bar healthy au collège Maco Tevane


Mardi 12 Mars 2019 à 17:56

ÉDUCATION – Les élèves du collège Maco Tevane se sont lancés dans un "projet alimentation et santé" qui a entre autres abouti à la création d’un fa’a’apu au sein de l’établissement. Ce mardi, ils ont également pu apprécier un bar healthy entièrement sans sucre ajouté.


(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Tout est parti du film Sugarland, un documentaire qui dénonce les sucres cachés. Une prise de conscience, pour le corps enseignant du collège Maco Tevane, qui a mené au "projet alimentation et santé".
 
Un projet en sept étapes qui a abouti à la mise en place de buttes de permaculture au sein de l’établissement. Dans ce fa’a’apu monté de toute pièce par les élèves de Segpa et du centre Papa Nui, poussent à présent des aubergines, des tomates, des concombres, des céleris, de la menthe, des ananas…
 
À côté de ça, les élèves ont préparé ce mardi un bar healthy avec, au menu pour les participants : du smoothie à la banane, du jus mangue-ananas-fruit de la passion, des crêpes banane au coulis de mangue et des brochettes de fruits. Le tout sans sucre ajouté, "pour faire comprendre aux personnes qu’il n’y a pas que le sucre dans la vie", lance l’une des élèves.
 
Pour Agnès Malo, professeur de mathématiques impliquée dans le projet, "l’idée est de donner sens à mon enseignement et très rapidement, j’ai compris qu’il fallait être assez concret, même très concret. Quand j’ai distribué les emballages des différents aliments qu’on a étudiés et que je leur ai dit trouvez-moi la quantité de sucre à l’intérieur, ça leur parlait certainement beaucoup plus que si je leur avais simplement projeté un tableau avec un calcul de proportionnalité à faire."
 
Si la sensibilisation à l’excès de sucre effectuée auprès des élèves semble porter ses fruits, Agnès Malo ne se fait pas d’illusions. "Je ne suis pas certaine qu’ils réduisent du jour au lendemain leur consommation de sucre, confie-t-elle. C’est un travail à une échelle beaucoup plus longue et il faudra retravailler dessus en trouvant d’autres aspects à étudier au niveau de l’alimentation."
 
En attendant, l’avenir du potager en place est tout trouvé. "Les classes de Segpa prendront le relais pour s’en occuper", explique Tehina de la Motte, leur professeur de sciences de la vie et de la Terre. "On a la chance d’avoir une cuisine pédagogique en Segpa, donc on a choisi des légumes qui pourront être utilisés dans cette cuisine."
 
Rédaction web avec Laure Philiber et Jeanne Tinorua
 






SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | Festival des îles | TAHITI VA'A 2018 | Beach soccer | FenuaHeroes