FAITS DIVERS

Erreur de diagnostic : le CHPF condamné à verser 86,4 millions de Fcfp et une rente à vie


Jeudi 9 Mai 2019 à 11:34

JUSTICE - Le centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) a été condamné par le tribunal administratif à verser à un ancien patient 86,4 millions de Fcfp et une rente à vie pour ne pas avoir fait les examens nécessaires afin de diagnostiquer la maladie coronarienne dont il était atteint.


Le CHPF (Crédit photo : Archives Tahiti Nui Télévision)
Le CHPF (Crédit photo : Archives Tahiti Nui Télévision)
Le 22 juillet 2015, un médecin urgentiste contractuel au CHPF, avait consulté le service de cardiologie de cet établissement pour des douleurs rétro-sternales en barre qu’il avait présentées à deux reprises, fin juin et mi-juillet 2015, au cours d’une activité sportive. Les résultats des examens réalisés ayant été considérés comme rassurants, il est parti en vacances en métropole le 27 juillet 2015. Mais le 2 août suivant, il a présenté un arrêt cardio-respiratoire alors qu’il courait sur un terrain pentu. Malgré la présence sur place d’un infirmier militaire qui a pratiqué un massage cardiaque et l’intervention rapide des secours, les tentatives de réanimation se sont heurtées à une asystolie persistante et l’activité cardiaque n’a repris que 45 minutes plus tard.

Le patient a ensuite été pris en charge du 2 au 12 août 2015 au service de réanimation du centre hospitalier de Bayonne, où une coronarographie a révélé un rétrécissement de l’artère interventriculaire proximale traitée par la pose d’un stent actif. Les séquelles des lésions neurologiques sévères consécutives à l’arrêt cardio-respiratoire prolongé ont nécessité des hospitalisations en service spécialisé jusqu’au 15 octobre 2015. La rééducation s’est poursuivie en métropole, puis à Tahiti où le patient est rentré le 16 avril 2016.

Dans une requête enregistrée en juillet 2017, le patient a ainsi demandé au tribunal administratif de de Papeete condamner l'hôpital public à l’indemniser de ses préjudices, avec intérêts et capitalisation. Selon lui, le centre hospitalier a commis une faute en s’abstenant de réaliser les examens qui auraient permis de diagnostiquer la cardiopathie ischémique dont il était atteint.

Le tribunal administratif de Papeete a rendu son jugement ce 7 mai, et condamne ainsi le CHPF a verser une indemnité de 86 407 006 Fcfp au plaignant, ainsi qu'une rente viagère annuelle d’un montant de 5 180 000 Fcfp, et d'une rente annuelle jusqu'en 2027 d’un montant de 8 343 217 Fcfp.

Le CHPF est également condamné à rembourser les débours de la CPS à hauteur de 25 050 684 Fcfp et une rente annuelle jusqu'en 2027 de 863 783 Fcfp.
 
Rédaction web
decision_chpf_.doc Décision CHPF..doc  (574 Ko)







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Mai 2019 - 17:18 Une voiture prend feu à Punaauia

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | Festival des îles | TAHITI VA'A 2018 | Beach soccer | FenuaHeroes