SOCIÉTÉ

Entretien avec Roland Oldham - Morurura e tatou : le combat d’une vie


Vendredi 15 Février 2019 à 16:36

INTERVIEW - C’est le combat d’une vie et celle d’un homme. Roland Oldham, président de l’association Moruroa e tatou nous a accordé un entretien en toute intimité. Sans langue de bois, le fervent défenseur des victimes et anciens travailleurs du nucléaire en Polynésie s’est confié. Roland Oldham qui lutte contre la maladie nous dévoile sa vision sur le traitement du dossier des indemnisations en Polynésie, sur les actions à continuer.


"Les mentalités pour certains ont changé, mais malheureusement pas pour tout le monde. Je revois encore des comportements, certains comportements qui me rappellent trop la période des essais nucléaires. Il y a eu beaucoup de choses qui ont été faites, il y a la loi Morin. (...) la loi a été faite contre les victimes et non pas pour les victimes. La preuve : depuis que la loi est en place, on arrête pas de la modifier. (...)

> Le combat d'une vie... 

Pourquoi je suis dans ce combat ? J'ai beau chercher, je ne trouve pas de raisons (...) C'est très dur parce qu'il y a des personnes très proches qui ne comprennent pas pourquoi tu t'engages dans ce combat, qu'est-ce que tu as à gagner. Moi d'un côté, je me dis : on peut mener un combat sans avoir de l'argent à gagner (...)

> Le pouvoir politique...

"Par rapport aux politiques, il y a vraiment un grand chapitre à dire là dessus. J'entendais le président annoncer à l'assemblée de la Polynésie, presque fièrement "oui, nous avons menti à la Polynésie, pendant 30 ans". J'ai trouvé ça choquant. J'aurai souhaité peut-être qu'il demande pardon au peuple qu'il est supposé servir. (...) Ce qui est grave dans la situation d'aujourd'hui ? Ce sont ceux là même qui nous ont tapé dessus, ceux sont ceux là même qui ont dit que les essais étaient propres, ceux les mêmes personnes qui sont en train de gérer ce dossier aujourd'hui (...) Je pense que c'est un crime ce qui s'est passé. La façon dont ils nous traitent aujourd'hui... Franchement ils n'ont aucun respect. Il y a un mépris pour le peuple. (...) On est en train d'attendre que tous ceux qui se battent (...) On attend qu'ils meurent un par un... (...) "

> Moruroa e tatou

"Si je suis resté président de Moruroa e tatou c'est que les gens devaient se dire "c'est bon Roland..." Aujourd'hui les choses sont différentes. Beaucoup veulent prendre la suite. Mais je me pose la question des motivations (...) Au sein de Moruroa e tatou, j'espère qu'ils auront la sagesse de réfléchir à ceux qui se sont investis (...) Le système est toujours là, ce système qui nous désavoue, qui veut prendre les choses en main, qui nous traite avec arrogance sera toujours là. Donc, soyons courageux..." 


Interview par Jeanne Tinorua, Thomas Chabrol et Sam Teinaore.







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018 | Européennes 2019