FAITS DIVERS

Deux ans de prison dont un avec sursis pour la conductrice responsable de la mort d'un pêcheur


Jeudi 30 Novembre 2017 à 17:48 | Lu 10854 fois

JUSTICE - La conductrice qui avait causé la mort d’un pêcheur de 58 ans à Hitia’a, le samedi 21 octobre à 4h30 du matin, était jugé ce jeudi en comparution immédiate. La mère de famille âgée de 29 ans a écopé de deux ans de prison dont un an avec sursis et de l'annulation de son permis de conduire.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Incarcéré depuis un mois à Nuutania, elle devrait en sortir ce soir, le juge d'application des peines devant décider si les onze mois qui lui restent à purger se feront sous bracelet électronique, ou si elle devra retourner à Nuutania. Une audience se tiendra prochainement pour statuer sur le montant des dommages et intérêts qu'elle devra verser à la famille de la victime.

Les faits se sont déroulés le samedi 21 octobre à 4h30 du matin, à Hitia'a au pk 37.7. Alors qu'il faisait nuit noire, la conductrice revenait d'une soirée, visiblement éméchée, circulant à une vitesse de 80 km/h sur une portion de route sinueuse et non éclairée, en direction de Taravao.

Au même moment, la victime, 58 ans, rentrait de la pêche revêtue d'une combinaison de plongée noire.  Alors qu'il était sur le bas-côté de la route, poussant devant lui sa brouette dans laquelle se trouvait une glacière et son matériel de pêche, la voiture le percute.

La conductrice consciente qu'elle avait heurté "quelque chose de couleur blanche", en l'occurrence la glacière, arrête un peu plus loin son véhicule, en descend et appelle pour voir s’il y avait quelqu'un.

Personne ne répondant à son appel, et pour cause le pêcheur était alors inconscient, elle a pensé qu'elle avait écrasé un chien blanc. Elle est remontée dans sa voiture pour regagner son domicile.

Des voisins alertés par le bruit causé par l'impact, l'ont coursée puis rattrapée pour lui dire qu'elle avait écrasé quelqu'un. Mais, prise de panique, elle s'est enfuie.

Une fois arrivée, à son domicile, à Taravao, elle s'est confiée de suite à son mari lui faisant part de son désir de se rendre à la gendarmerie. Celui-ci lui a dit d'attendre qu'elle se calme pour s'y rendre. Ce qu'elle a fait.

Entendue par le procureur de la République, deux jours après les faits, elle déclarait en pleurs à la barre "J'aurais voulu mourir à sa place, je le jure… Je suis morte à l'intérieur."

Face au risque de passage à l'acte, par précaution, le procureur de la République avait alors préféré la placer en détention provisoire, jusqu'à la date de son procès, qui s’est tenu ce jeudi.

Si la conductrice a de nouveau fait part, aujourd'hui, de ses remords, expliquant à la barre qu'elle ne dormait plus et qu'elle demandait pardon à la famille de la victime, le procureur a qualifié son comportement "d'impardonnable". De son coté l'avocat de la défense a demandé la clémence du jury, faisant valoir que sa cliente n'était pas connue des services de police pour des faits d'infractions routières.


 
Rédaction web avec JB.Calvas







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 19:07 Le maire de Papara en garde à vue

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017