SOCIÉTÉ

Délinquance en 2016 : des chiffres stables… presque partout


Mardi 17 Janvier 2017 à 12:49 | Lu 2439 fois

STATISTIQUES – Le haut-commissaire a rendu public ce matin les statistiques de la délinquance de l’année qui vient de s’écouler.


A l’occasion de ses vœux à la presse ce mardi matin, le haut-commissaire a rendu public les chiffres de la délinquance en 2016 au fenua.

René Bidal a voulu souligner dans un premier temps  "l’efficacité de la répression et de la traduction en justice" des délinquants. En regardant de près les tableaux et les chiffres (voir ci-dessous) on constate  - hormis la délinquance routière -  une grande stabilité des délinquances. La moyenne des faits sur cinq ans montre également que le nombre de faits recensés en 2016 est en dessous de cette moyenne, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

Violences physiques non crapuleuses
Violences physiques non crapuleuses
Il faut cependant mettre un bémol à ce satisfecit sur deux thématiques. D’abord les "violences physiques non crapuleuses", (voir le tableau ci-dessus) autrement dit les violences intra familiales dans une immense majorité des cas. C’est l’une des rares délinquances qui augmente : 1 905 faits en 2016 contre 1 897 l’an dernier. Un chiffre supérieur à la moyenne sur cinq ans (1 840). Si la hausse n’est pas élevée, elle est constante depuis 2012.

Violences sexuelles
Violences sexuelles
De la même façon, les violences sexuelles en 2016 (252 faits répertoriés) ne baissent pratiquement pas par rapport à 2015 (254 cas) et restent, là aussi, supérieurs à la moyenne des cinq dernières années (240). (Voir le tableau ci-dessus) 

Mineurs mis en cause
Mineurs mis en cause
Mais René Bidal a voulu aussi s’attarder et tirer la sonnette d’alarme sur un chiffre inquiétant : celui du nombre de mineurs mis en cause dans les faits de délinquance. (Voir le tableau ci-dessus) 
 
Avec 1 325 mineurs en 2016, on assiste à une très nette augmentation par rapport à 2015 (1 194) alors que l’implication des jeunes dans ces faits divers était en très nette baisse en 2015. 

Une mauvaise tendance qui fera l’objet d’une attention particulière lors du prochain comité de prévention et de lutte contre la délinquance. Il devrait se dérouler à la fin du mois de février et sera présidé par le garde des Sceaux lui-même Jean-Jacques Urvoas. Le haussaire a confirmé sa venue.

Accidentalité routière
Accidentalité routière
Au rayon des mauvaises nouvelles, l’accidentalité routière est évidemment le mouton noir des chiffres cette année. (voir le tableau ci-dessus) 
 
Accidents et blessés – après près de quatre années de baisse continue – augmentent légèrement : 5 accidents et 18 blessés de plus. Et, bien sûr, c’est le nombre de morts sur la route en 2016 (26) qui est inquiétant alors que les deux années précédentes avaient été historiques pour le fenua avec seulement 17 décès.
 
Pour René Bidal, outre l’implication totale des forces de l’ordre sur les routes en 2017, il faudra aussi lutter contre les addictions (alcool et paka) et au travers de la cellule familiale, notamment pour lutter contre les comportements dangereux des jeunes au volant.
 
En revanche, l’arrivée des radars automatiques, qui avait été un temps annoncé par Lionel Beffre, n’est plus à l’ordre du jour.
 
Bertrand Parent








Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Décembre 2017 - 17:05 Arue célèbre son 1er Heiva Noera

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017