SOCIÉTÉ

Défaillance d’un Twin Otter aux Marquises : l’avocate générale demande la confirmation des peines en appel


Vendredi 14 Décembre 2018 à 10:37

JUSTICE - La cour d’appel de Papeete a examiné jeudi après-midi l’autre affaire Air Moorea, qui concerne une défaillance constatée sur un Twin Otter exploité aux Marquises, peu après le drame du 9 août 2007. L’avocate générale a demandé la confirmation des peines, à savoir un an de prison avec sursis pour les deux techniciens chargés de la maintenance et une amende d’1,5 million pour la compagnie aérienne.


Crédit photo : Tahiti Nui Télévision
Crédit photo : Tahiti Nui Télévision
La cour d’appel de Papeete a examiné jeudi après-midi le dossier Air Moorea. Il ne s’agit pas du drame du 9 août 2007, mais d’une défaillance qui avait été constatée quelques semaines après le crash sur un Twin Otter exploité par la compagnie aux Marquises.
 
En première instance, les deux techniciens chargés de la maintenance et du contrôle de l’appareil avaient été condamnés à 1 an de prison avec sursis. Quant à la compagnie Air Moorea, elle avait été condamnée à payer une amende de 1,5 million de Fcfp.
 
Selon les techniciens condamnés en première instance, il n’y a pas eu de négligence. Selon l’avocat de la compagnie Air Moorea, Me Quinquis, un problème a été constaté puis réglé, sans que cela n’ait engendré d’incident.
 
"Selon moi, il est certain que cet incident, à supposer qu’on puisse le considérer comme un incident, a été démesurément grossi parce que c’est intervenu quelques semaines après le drame du crash d’Air Moorea, a déclaré le conseil à l’issue de l’audience. Ceci étant, il faut un responsable. On cherche les responsables sur un non-événement parce qu’il n’y a strictement eu aucune incidence par rapport à un petit défaut technique qui a été constaté. Et pour voie de conséquence, ces messieurs aujourd’hui comparaissent d’une façon, à mon sens, abusive devant les tribunaux."
 
Sauf que l’incident en question est une erreur dans la pose du câble de gouverne de l’appareil, l’élément même qui avait été pointé du doigt par le parquet de Papeete dans le drame du 9 août 2007. L’association des victimes du crash s’est d’ailleurs constituée partie civile dans ce dossier.
 
L’avocate générale a demandé la confirmation des peines prononcées en première instance. Le juge rendra son arrêt le 21 février.
 
 
Rédaction web avec Sam Teinaore







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes