SOCIÉTÉ

De la vaisselle biodégradable à base de Miconia


Lundi 5 Novembre 2018 à 16:13 | Lu 5098 fois

INNOVATION - Valoriser le Miconia, et l’utiliser pour protéger l’environnement : c’est l’idée qu’ont eue trois jeunes porteurs de projets polynésiens lors du Coopérathon. "Invasive Solutions", formée il y a quelques semaines, compte produire de la vaisselle et d'autres contenant recyclables à base de plantes.


De la vaisselle à base de miconia. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
De la vaisselle à base de miconia. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Le coopérathon est la plus grande compétition mondiale en matière d’innovation. Née au Canada, elle s’est ouverte cette année à la France et aux Outre-mers. Parmi les participants : six équipes polynésiennes sélectionnées par l’incubateur Prism Tahiti, et encadrées par Christian Vanizette et son association Makesense. Trois figurent parmi les 13 finalistes. Une première participation très encourageante pour le fenua. "Cela montre que l'on a plein d'entrepreneurs qui ont envie de porter des projets à impact social et environnemental" déclare Capucine Moyrand, responsable de l’incubateur Prism. 

Et c'est Invasive Solutions qui a remporté le prix "Environnement" du Coopérathon. Les trois porteurs du projet se sont lancés il y a un mois tout juste dans l’aventure. Leur concept ? Créer de la vaisselle biodégradable, compostable, à base de végétaux. Et notamment de feuilles de Miconia.

Le miconia (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Le miconia (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"En faisant des randonnées à la Maroto ou en allant au plateau de Taravao, on voit que la plante est envahissante et que cela a un impact. De là, je me suis dit qu'il fallait la valoriser" explique Loanah Wong, chargée de la partie environnement du projet. "Je travaille depuis six ans dans le tourisme, et j'ai vu que l'on jetait trop facilement du plastique". Un projet qui se veut donc comme l'une des réponses à la loi qui interdira en 2020 l’usage des plastiques à usage unique en France. "Il y avait des options compostables et biodégradables en Polynésie, mais qui sont importées de Nouvelle-Zélande principalement" ajoute Lou Tamaehu, chargé de la logistique.

Reste maintenant à tester leur projet sur des machines en Europe ou à importer la technique au fenua.
 
Rédaction web avec Laure Philiber







Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Novembre 2018 - 14:01 À Manihi, vivre du tourisme n’est pas évident

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018