SOCIÉTÉ

Communes : vers une politique de sécurité des systèmes informatiques


Mercredi 10 Octobre 2018 à 18:02 | Lu 403 fois

NUMÉRIQUE - Le Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF) a organisé un séminaire sur la sécurité informatique afin de faire prendre conscience aux élus des progrès du numérique, mais aussi de ses risques et des responsabilités qu'il implique.


Daniel Lamirand, expert en sécurité au ministère de l’intérieur (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Daniel Lamirand, expert en sécurité au ministère de l’intérieur (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Face à l’évolution rapide de l’informatique ainsi que de la révolution des usages, l’informatique est devenu l’outil incontournable de toute administration. Les communes n’y échappent pas, l’informatique leur offre efficacité, productivité et améliore le service à la population.

>>> Voir aussi : Vidéos - 27 entreprises polynésiennes participent à l'exercice Cyberfenua 2018

Mais l’utilisation de cet outil n’est pas sans danger, avec l’arrivée du haut débit, les communes s’exposent au cyberattaques et les obligent à s’en prémunir. La mise en place d’un élu délégué à l’informatique, d’un agent de protection de données et d’un cahier des charges, devient donc une nécessité.

Durant un séminaire informatique organisé par le SPCPF, les élus et agents communaux ont pu être sensibilisés sur les progrès du numérique mais aussi de ses risques et des responsabilités qu'il implique. Daniel Lamirand, expert en sécurité au ministère de l’intérieur a présenté les apports du numérique, les menaces, les principales sources d'infection, ainsi que les moyens de protection : "C'est le premier élu de la commune qui est responsable des données de sa commune. (...) Même si l'appui logistique, technique voire législatif peut être fait par le SPC".

>>> Lire aussi : Cyberfenua : et si la Polynésie subissait une attaque informatique de grande ampleur ?

Et d'ajouter : "Le SPCF sera un atour majeur pour toutes les petites et moyennes communes, en particulier grâce à la mutualisation. Cela permettra aux communes d'avoir un budget allégé par rapport à ce que peut coûter l'embauche d'une personne, et de fixer une politique de sécurité commune, donc une simplification du travail pour l'ensemble des petites et moyennes communes".
 
Rédaction web avec Naea Bennett







Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Décembre 2018 - 16:36 Le lycée de Papara a accueilli des lycéens maori

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018