SOCIÉTÉ

Bientôt de nouveaux journalistes dans la presse locale


Jeudi 23 Février 2017 à 09:42 | Lu 4380 fois

EDUCATION - Depuis le mois d’octobre, une formation au métier de journaliste est assurée par des professionnels. Cette formation, qui regroupe une quinzaine d’étudiants, s’achèvera en avril 2017 par l’obtention d’un diplôme universitaire des bases du métier de journaliste.


Etudiants du DU bases du journalisme en exercice à l'UPF - Crédit photo : Cébé
Etudiants du DU bases du journalisme en exercice à l'UPF - Crédit photo : Cébé
Des journalistes de presse écrite, de radio et de télévision enseignent l’écriture journalistique, la recherche d’information et les techniques d’interview. Ils assurent également une importante partie pratique avec le tournage et le montage d’un reportage TV.

Un photographe professionnel permet l’apprentissage de la prise de vue photo. Prise de son et mixage complètent la partie technique de ce cursus.
 
Deux modules traitent de l’histoire de la presse et des droits et devoirs des journalistes : ils apportent les connaissances culturelles liées au monde de l’information.
 
Ces bases du métier de journaliste devraient permettre aux stagiaires de réaliser leurs projets en presse écrite ou numérique, à la radio ou à la TV, selon leurs aptitudes derrière un clavier, un micro, un appareil photo ou une caméra.
 
Cébé

Eric Conte, Président de l'UPF, et Jean-Claude Lecuelle, directeur de la formation continue - Crédit photo : Cébé
Eric Conte, Président de l'UPF, et Jean-Claude Lecuelle, directeur de la formation continue - Crédit photo : Cébé
Eric Conte, président de l'UPF, et Jean-Claude Lecuelle, directeur de la formation continue au sein de l’UPF, ont inscrit une nouvelle formation au calendrier 2016/2017 : 
le diplôme d’université des "Bases du métier de journaliste".

Pourquoi avoir fait le choix d’une formation sur le journalisme ?

Pour répondre aux attentes des professionnels. Il y a un réel besoin sur le marché local et le rôle de l’université est de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes.
 
Comment l’Université répond-elle à cette demande ?

C’est la formation continue de L’UPF (FORCO) qui offre la souplesse de créer des diplômes d’université à valeur locale. Elle a présenté une maquette de formation au conseil d’administration de l’UPF, qui l’a validée.

Comment avez-vous élaboré le contenu du programme ?

Tout d’abord, il fallait que la formation fasse 90 heures pour pouvoir être considérée comme une formation d’université avec la délivrance d’un diplôme à l’issue. Ensuite, avec Mike Leyral, rédacteur en chef adjoint d’une chaîne de télévision, nous avons défini le programme : l’histoire de la presse, les droits et devoirs des journalistes mais aussi la recherche de l’information, l’écriture journalistique, la prise de vue photo et le montage vidéo pour ne citer que les principales. Ensuite, nos carnets d’adresses ont permis de choisir les meilleurs enseignants pour chacune des unités.
 
Quels sont les points forts de cette formation ?

C’est un programme concret, qui donne accès à des compétences pratiques que recherchent les employeurs. Pouvoir inscrire sur un CV un diplôme d’université que nous sommes les seuls à pouvoir délivrer, rend d’autant plus légitime l’exercice d’une profession. Quatorze stagiaires dont quatre étudiants en licence de lettres ou éco-gestion ont compris l’intérêt de suivre cette formation.

Cette formation sera-t-elle reconduite les années suivantes ?

Il y aura une autre session très probablement. Elle sera plus dense avec la possibilité d’effectuer des stages en entreprise.
 
 
 

Anthony Tchekemian, responsable pédagogique du D.U - Crédit photo : Cébé
Anthony Tchekemian, responsable pédagogique du D.U - Crédit photo : Cébé
Anthony Tchekemian, responsable pédagogique de cette formation :

 
À quels métiers du journalisme cette formation donne-t-elle accès ?

A tous les postes qui gravitent autour du journalisme, que ce soit dans un journal écrit, parlé, télévisé.

En quoi le DU est-il adapté au contexte polynésien ?

Le plus de cette formation est justement qu'elle est adaptée au contexte polynésien. Tous les intervenants sont des Polynésiens, au sens où ils sont investis et vivent en Polynésie. Ils sont tous passionnés et passionnants et reconnus dans leur domaine. Il s'agit de personnes impliquées ayant un regard bienveillant sur et pour la Polynésie.

Quels postes les enseignants occupent-ils ?

L'équipe enseignante se compose d'une magistrate, d'un historien, d'un dirigeant fondateur d'un célèbre média vidéo, d'un journaliste TV, d'un photographe, d'un journaliste de presse écrite, d'un journaliste de radio. Tous sont des personnes reconnues pour leur professionnalisme. D'ailleurs, nous les remercions tous chaleureusement pour le temps, en plus de leur vie professionnelle et familiale, qu'ils consacrent à cette formation. Leur démarche d'altruisme inspire le respect, sans parler de leur disponibilité et gentillesse.
 
Propos recueillis par Cébé








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017