CULTURE

Au Fifo, des ateliers pour se former aux reportages


Vendredi 8 Février 2019 à 16:58

FESTIVAL - Dans les coulisses du Fifo, les ateliers vidéo, de montage, d’animation 3D, et d’écriture de scénario attirent les participants qui souhaitent apprendre les bases des métiers de l’audiovisuel. Techniques de cadrage, d’interview... les apprentis reporters cherchent l’information au cœur du Festival international du film documentaire océanien.


(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Smartphone à la main, ils étaient plusieurs stagiaires ce vendredi à filmer les séquences de leur futur reportage au cœur du Fifo. Ils se sont inscrits à un atelier gratuit accessible dès 15 ans, animé par un jeune réalisateur, Are Raimbault, pour apprendre les techniques de prises de vue. Certains ont réalisé les premières interviews des festivaliers tandis que d'autres se sont initiés au montage pour parfaire leur formation : "On arrive à se mettre à votre place, à comprendre dans quelles conditions vous travaillez. Hier, j'étais vraiment captivée sur le montage, placer les bonnes images, au bon moment par rapport à la musique... c'était top" nous dit Marie Lagarde, l'une des participantes.

>>> Voir aussi : Vidéo - Le pitch dating du Fifo, une opportunité

Et après la théorie, les apprentis vidéastes sont partis à la rencontre des réalisateurs, du public, et du personnel du Fifo pour recueillir des informations, des témoignages ou encore des anecdotes. Certains étaient novices, d’autres un peu moins, comme Camille Laggy : "Je suis également rédactrice et j'ai la possibilité d'ouvrir le champ et d'aller faire des reportages etc. Ce sont des connaissances qui vont pouvoir m'apporter beaucoup".

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Montage, écriture de scénario et animation 3D complétaient la liste des formations. Chaque groupe a apporté un point de vue différent. Une diversité qui servira au montage d’un reportage de 3 minutes. "Chaque personne a ses préférences au niveau du Fifo. Il y en a qui aiment la culture, d'autres qui aiment le contact avec les réalisateurs, et d'autres encore qui aiment la diversité des histoires qui sont racontées. Cela se ressent vraiment dans le reportage que l'on tourne" explique le réalisateur Are Raimbault.

>> Lire aussi : Une quarantaine de films documentaires à découvrir au Fifo

Apres deux heures de tournage, les apprentis reporters sont retournés en salle afin de dérusher leurs interviews et vérifier si les prises de vue étaient bonnes avant de couper, coller et monter le reportage final.
 
Rédaction web avec Thomas Chabrol







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018 | Européennes 2019