SOCIÉTÉ

Assurances scolaires : des interprétations différentes


Jeudi 24 Janvier 2019 à 17:34

EDUCATION - C'est toujours le flou, suite à l'annonce de la fermeture de la Mutuelle assurance de l’éducation (MAE), et de la résiliation de ses contrats.


Mercredi, sur le plateau de Tahiti Nui Télévision, Tepuanui Snow, le président de la Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public, expliquait que "l’État vient aujourd’hui assurer non seulement le temps scolaire, tout ce qui se passe durant les temps de classe avec les enseignants, mais également le temps hors scolaire, et notamment les activités facultatives.
C’est-à-dire qu’une sortie sur Tetiaroa par exemple ou des activités sportives, comme aller faire du va’a, de la natation, sont également couvertes par l’assurance contractée par l’État. L’État étant son propre assureur pour ses établissements." 

>>> Lire aussi : Vidéo – Tepuanui Snow : "Depuis des années, les coopératives ont souscrit une assurance dont elles n’avaient pas besoin"

Dans un communiqué, la présidence de la Polynésie précise que les personnels des écoles sont couverts par l'employeur (État, Pays commune), que les organismes d'accueil d'activités périscolaires doivent souscrire une assurance en responsabilité civile. Et enfin, que seules "les coopératives scolaires et associations oeuvrant en milieu scolaire sont véritablement impactées par le retrait de la MAE pour l’année scolaire 2018-2019. C’est pourquoi, dans le cadre d’une sortie scolaire facultative, l’école devra s’assurer que l’ensemble des élèves concernés par la sortie est bien assuré."

>>> Lire aussi : Fermeture de la MAE : les parents d'élèves inquiets

Or, dans un courrier de Generali Assurances publié par Tepuanui Snow, il est expliqué qu’"il n'existe aucune obligation légale de faire souscrire une assurance individuelle pour pouvoir participer aux sorties scolaires organisées par les établissements."

Beaucoup d’enseignants ont annoncé aux élèves qu’il n’y aurait désormais plus de sorties scolaires, car les établissements n’ont pas les moyens de souscrire une assurance auprès d’une autre compagnie. Il semble que le sujet mérite encore des éclaircissements. 

Rédaction web 

 

Extrait du communiqué des représentants des assurances :

Assurances scolaires : des interprétations différentes

Communiqué de la Présidence de la Polynésie :







SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes