SOCIÉTÉ

Après des années en CDD, des vacataires de l'Education nationale risquent de perdre leur emploi


Mardi 17 Juillet 2018 à 18:06 | Lu 5672 fois

EDUCATION - Ce mardi matin une vingtaine de personnels de l’éducation se sont réunis aux jardins de Paofai pour manifester leur mécontentement. Ils ont travaillé pendant plusieurs années en contrat à durée déterminée pour l’éducation et au mois de juin ils se sont tous vu signifier leur licenciement par le vice-rectorat, et cela malgré une décision de justice qui leur était favorable.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Le 21 juin, le tribunal du travail a ordonné la requalification des CDD de vacataires employés par l'Éducation nationale en CDI. Depuis, certains se sont vus signifier leur licenciement. Ce mardi, ils manifestaient pour dénoncer une injustice.  

Annick travaille depuis 18 ans comme vacataire, enchaînant CDD sur CDD avec quelques coupures au moment des vacances scolaires. Elle a reçu un courrier de licenciement. "J'étais écoeurée (...) ce n'est pas normal (...) On se demande pourquoi (...) On faisait bien notre travail", confie-t-elle au micro de Tahiti Nui télévision.

Le syndicat UNSA a fait appel au gouvernement pour trouver des solutions."Ce sont des agents qui ont été positionnés pendant des années sur des contrats de CDD (...) pour répondre à l'absence de personnes titulaires et aux départs à la retraite", explique Sylviana Thieme secrétaire académique du syndicat. "Ces contrats ont été faits avec beaucoup d'irrégularités. (...) Ces agents veulent une justice professionnelle, avoir un poste, et non pas être jetés après toutes ces années, comme des malpropres"

"Il y a une dizaine de jours, nous avons constaté que le Vice-rectorat avait engagé une quinzaine de procédures de licenciements, ce qui est une mesure exceptionnelle à l'échelle de Tahiti", explique Me  Robin Quinquis, avocat des vacataires. "J'espère que la décision n'est pas encore prise à ce jour. On saura d'ici quelques semaines si l'administration va au bout des choses et prononce ces licenciements. Dans ce cas, ils seront contestés sur un certain nombre de fondements juridiques. Cela aura des conséquences extrêmement lourdes pour l'État. Nous demanderons évidemment leur réintégration"

La balle est désormais dans le camp du vice-rectorat.
 
​Rédaction web avec Sam Teinaore
 




 




 







Dans la même rubrique :
< >

Lundi 20 Août 2018 - 18:12 Comment protéger son enfant sur Internet ?

Lundi 20 Août 2018 - 17:55 Dengue 2 : l'alerte sanitaire a été levée

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018