SOCIÉTÉ

Airbnb : un marché en pleine expansion au fenua. Quelles sont les règles?


Jeudi 12 Juillet 2018 à 15:04 | Lu 4489 fois

ÉCONOMIE - Depuis quelques années de plus en plus de Polynésiens louent leurs habitations ou des dépendances. Pour se faire un peu d’argent ou pour rentabiliser certains investissements, mais certainement pas pour faire de l’ombre aux hôtels ou aux pensions de familles... même si le Gouvernement veille à ce qu’il n’y ait pas d’abus...


Elles s'apprêtent à accueillir leurs nouveaux clients : Emily et Laina effectuent les dernières vérifications de routine. Depuis 5 ans maintenant elles se sont spécialisées dans la location saisonnière de biens. Depuis quelques années la demande explose.
 
"En 2011, avec ma première société, quand on faisait nos études de marché, on avait recensé environ 80 biens en location saisonnière dans toute la Polynésie française", explique Emily Biotteau-Colas, gérante de Tahiti Homes. "Aujourd'hui, les chiffres grimpent à près de 640 biens... donc une très forte augmentation de l'offre, qui va aussi bien de l'appartement à la location d'île privée en passant par  des bateaux, des bungalows, des maisons et des villas, donc, une diversité assez large".
 

Le tout est soumis à des règles strictes : l’acquisition d’une patente et le paiement de taxes. Une catégorie de location sort de ce cadre... les « Airbnb ». Du moins jusqu’au mois de mars dernier. En effet l’Assemblée a adopté une loi de Pays réglementant le dispositif Airbnb en Polynésie. Il faudra désormais disposer d’une patente et être déclaré auprès de sa municipalité. Des règles auxquelles Unutea Hirshon, propriétaire, se plie volontiers. Elle dispose déjà d’une patente pour la location de ses maisons et a entamé les démarches pour obtenir une seconde patente pour les locations en Airbnb. Selon elle : il est faux de croire que les touristes hébergés en Airbnb veulent dépenser le moins possible lors de leur séjour.
 
"Quand ils arrivent chez moi la plupart finissent par louer une voiture, ensuite, ils font au moins une excursion. Ils mangent aussi dans les restaurants et les roulottes : donc ils injectent dans l'économie du Pays une certaine somme, au delà du fare. En général, quand ils viennent ici, j'ai remarqué qu'ils visitent 3 lieux: Tahiti, Moorea, et bien sûr Bora Bora où là, ils vont prendre un bungalow sur l'eau. Donc je pense que tout le monde est servi...", explique la propriétaire. 
 
Malgré cela le Gouvernement veille à ce que tout le monde joue le jeu. Concernant les locations Airbnb, ceux qui ne se conformeraient pas à la loi sont passibles d’une amende de 54.000 francs. Mais l’objectif du Gouvernement n’est pas de mettre en difficulté cette catégorie de location.
 
"Ce que nous souhaitons surtout à travers le nouveau cadre qui va être présenté par Nicole Bouteau - la ministre du Tourisme NDLR - c'est de faire en sorte que tout le monde soit logé à la même enseigne," indique le ministre du Logement, Jean-Christophe Bouissou. "Notamment en matière de paiement des impôts et pour la prise en charge des questions liées aux taxes de séjour. Toutes ces questions là sont importantes et sont débattues dans le cadre d'un autre texte". 
 
Mercredi matin le Conseil des Ministres a validé un projet de loi de Pays qui permettra de doubler l’aide dont peuvent disposer les pensions de familles pour des constructions ou des aménagements.
 
Rédaction web avec Sam Teinaore 






SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018