SOCIÉTÉ

Abattoir à Raiatea : le porteur du projet répond à la grogne des riverains


Mardi 9 Avril 2019 à 15:56

POLÉMIQUE - Le projet d’implanter une unité d’abattage dans la vallée de Hamoa, soulève aujourd'hui un tollé de protestation auprès des riverains du quartier où il doit être construit. Le porteur du projet a souhaité leur répondre.


(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Le projet de construction d’une unité d’abattage à Hamoa dans la Commune de Taputapuatea à Raiatea ne fait pas l’unanimité. Les riverains du quartier disent avoir été trompés. Certains craignent même pour leur activité touristique située à quelques centaines de mètres d'où doit être implanté l'abattoir. Ils ont donc décidé de se constituer en association et de monter au créneau pour contrer le projet.

Pointé du doigt par les riverains du quartier où est prévue son implantation, Julien Vescovali, le porteur de projet, a souhaité leur répondre. Celui-ci comprend l’inquiétude de ces personnes, mais il assure que son projet et toutes les mesures d’hygiène et de sécurité sont scrupuleusement suivies par un bureau d’étude.

Une partie du plan de l'abattoir (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Une partie du plan de l'abattoir (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"Ils m'ont appelé pour me faire part de leur inquiétude, qui doit être quelque part justifiée peut-être par un manque de communication avec les administrations. Nous, on est des porteurs de projets privés, et donc on est soumis aux lois du Pays, et quand on veut monter le projet, on est obligé de prendre un bureau d'étude..."  explique le porteur du projet de l’unité d’abattage.

"Comme je leur ai dit, je ne peux pas les éclairer sur le domaine technique, le respect par rapport aux rivières, aux habitants... Ce n'est pas mon domaine. On a payé plus d'un million un bureau d'étude pour faire son job. Ce projet date d'à peu près 5 ans. Il devait se faire au fond de la vallée, en total privé, mais cela n'a pas été possible. Donc le Pays nous a proposé une terre en location. Et tous les éleveurs attendent l'ouverture de cette unité parce que leurs bêtes sont vieillissantes, mourantes. Il n'y a plus grand monde qui abat. C'est une filière mourante, et plutôt que d'importer, on aimerait être auto-suffisant" poursuit-il.

Contacté par TNTV, le Service du développement rural de Raiatea refuse pour l’instant de s’exprimer sur le sujet.
 

Rédaction web avec Rony Mou-Fat







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Avril 2019 - 14:57 Un jeûne pour se rapprocher du Christ

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018 | Européennes 2019