POLITIQUE

APF : une lettre ouverte des agents pour dénoncer un "harcèlement institutionnel"


Vendredi 9 Février 2018 à 16:20 | Lu 1303 fois

ASSEMBLÉE - Ce vendredi, les agents de l'APF ont signé une lettre ouverte à l'attention des représentants, pour dénoncer un "harcèlement institutionnel". Ils évoquent des "remontrances quotidiennes", un "dénigrement permanent" et des "démonstrations de force physique", "un climat de peur".


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
De dix services, l'assemblée de la Polynésie est passée à 5. Une réorganisation qui, bien que prévue depuis plusieurs années, n'a pas fait que des heureux, comme l'a révélé Radio 1. 

Pour les agents de l'institution, la "stratégie de gestion de l'ensemble du personnel ne répond pas à l'objectif de mieux servir" les élus de l'assemblée. 
Les agents dénoncent le départ de 5 chefs de service "poussés à la démission" et le recrutement de trois nouveaux responsables : Hina Tuheiava comme secrétaire générale adjointe, Tania Berthou comme chef de service des évaluations et des études, et Rava Bonnet, chef de service des affaires administratives et financières. "Toutes ces personnes relèvent du seul cercle du cabinet du président de l'assemblée. Ces recrutements créent un climat de suspicion permanente et sont extrêmement mal perçus par les agents de l'assemblée à quelques semaines des échéances électorales."

Ils demandent notamment la démission de la directrice de cabinet de Marcel Tuihani, la fin de fonction de Hina Tuheiava et Tania Berthou mais aussi "l'intégration de mesures de protection contre le harcèlement moral et physique au travail au sein du statut du personnel de l'assemblée". 

À nos confrères de Radio 1, Marcel Tuihani a déclaré que la  réorganisation  des services est la suite logique du dernier rapport de la chambre territoriale des comptes et de l’audit mené en 2014 par Édouard Fritch alors président de l'APF. "Après, on a fait des constats. Le personnel a même été consulté à plusieurs reprises. C’est un cheminement de trois ans pour arriver à cette réorganisation. Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. Aujourd’hui, je mets simplement en place ce que mon prédécesseur a commencé. Je ne fais que suivre  la feuille de route de l’audit et de la CTC."

Pour Marcel Tuihani, ses agents ont un comportement d'"enfants gâtés". Selon lui, le vrai souci est que "tout le monde doit se mettre au travail" (...)Mais je suis désolé nous devons être plus qu’exemplaires et performants, nous sommes payés avec l’argent de la collectivité."


Rédaction web 







SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018