TNTV

Championnats du monde de va’a : des indiens canadiens sur la ligne de départ

Le 30/06/2017 à 13:39 par Jean-Baptiste Calvas | Lu 4231 fois

RENCONTRE - Parmi les athlètes du Canada, un équipage sort du lot. Celui qui a participé, ce vendredi matin, à la course « Open Men V6 ». Il se compose bien entendu de six hommes mais quatre appartiennent à la même famille et tous sont originaires de la même région : Tsartlip First Nation. Une communauté qui réunit des « aborigène canadiens ». Du canoé au va’a, il n’y a qu’un pas.

Ces rameurs du pays à la feuille d’érable appartiennent au « Geronimo Canoé Club » fondé en 1974 par Ivan et Madeline Morris, les parents de plusieurs membres de l’équipage. « C’est pour nous qu’ils ont créé ce club lorsque nous étions enfants », se souvient Gus Morris, l’un des fils du couple.

La famille s’est spécialisée dans la construction de canoés traditionnels canadiens puis les plus jeunes se sont intéressés au va’a.

Et aujourd’hui, ils pratiquent les deux disciplines qui, selon eux, ne sont pas si différentes : « En fait, il y a beaucoup de similitudes. Nous avons aussi de grands canoés traditionnels de 11, 6, 2 ou une place. Pour ramer, la technique est la même et c’est aussi un état d’esprit, comme pour le va’a. Nous ressemblons un peu aux Polynésiens ».

Si la pirogue canadienne a pu prendre le départ de la course « Open Men V6 », elle n’est malheureusement pas arrivée au bout du parcours. La faute à un chavirage à quelques kilomètres de la délivrance et ce, bien que ses rameurs s’étaient entrainés pendant un an dans les eaux froides du Canada.

« Les vagues étaient très grosses. C’est quand même une petite déception. On aurait au moins aimé finir la course », sourit Gus Morris impressionné par la concurrence : « Le niveau est très très élevé. Il va nous falloir des années d’entraînement pour l’atteindre ».

Mais l’équipage se dit enchanté de participer à ces championnats du monde et de représenter « le Canada et la First Nation ». De surcroit au fenua, berceau du va’a : « Tahiti est vraiment un super pays. On adorerait revenir ». Seul bémol et de taille: « le voyage coûte cher ».

Rédaction web
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ivan et Madeline Morris, les  fondateurs du « Geronimo Canoé Club »  en 1974 et parents de rameurs du  team Canada. Photo:Geronimo Canoé Club
Ivan et Madeline Morris, les fondateurs du « Geronimo Canoé Club » en 1974 et parents de rameurs du team Canada. Photo:Geronimo Canoé Club

Championnats du monde de va’a : des indiens canadiens sur la ligne de départ





Inscription à la newsletter