POLITIQUE

Vidéo - Foncier, prison... les principales déclarations de Jean-Jacques Urvoas


Samedi 18 Mars 2017 à 13:08 | Lu 1179 fois

JUSTICE - Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas était sur le plateau de TNTV vendredi, après une journée de rencontres avec les institutions judiciaires. Il visite les prisons des archipels samedi et inaugurera celle de Papeari lundi. Retour sur ses principales déclarations, avec la vidéo complète de son interview par Tamara Sentis au bas de cet article.


L'indivision "divise les familles" mais c'est aussi "un frein au développement" : ce sont les premiers mots de Jean-Jacques Urvoas sur le plateau de TNTV. Le garde des Sceaux justifie ainsi la création du tribunal foncier, pour régler enfin les 800 dossiers en attente. La loi pourrait aussi évoluer, tout comme les procédures, afin de faciliter la résolution de ces affaires.

Sur la prison de Tatutu, le ministre rappelle qu'elle va donner du travail à 200 Polynésiens. Elle aura coûté 8 à 9 milliards Fcfp, mais permettra aux détenus de purger leur peine dans la "dignité", alors que Nuutania était "la prison la plus surpeuplée de France". Jean-Jacques Urvoas estime que cela permettra de mieux préparer la réinsertion des détenus à leur sortie. 

Femmes et mineurs n'iront pas à Papeari. Mais pour le ministre, il n'y a que 14 femmes à Nuutania, dont seulement deux condamnées. Et isoler deux condamnées à Papeari ne serait pas souhaitable. Et il n'y a "pas de condamnés mineurs".

"700 peines ne sont pas exécutées" en Polynésie pour le moment : l'ouverture de la nouvelle prison va permettre d'incarcérer les personnes en attente de peine.

Le garde des Sceaux a estimé que les moyens de la justice n'étaient pas suffisants en Polynésie, et qu'il allait renforcer le nombre de magistrats.

L'accord de Papeete n'a pas été signé comme prévu avant la fin du quinquennat de François Hollande, remplacé pour le moment par des déclarations d'intentions nommées "accord de l'Elysée". Mais pas d'inquiétude selon Jean-Jacques Urvoas : il assure que "ce qui est écrit engage", même si une autre majorité arrive au pouvoir. 

Sur l'élection présidentielle enfin, M. Urvoas a renouvelé son soutien au candidat du PS Benoît Hamon, mais sans grand enthousiasme : "je suis loyal vis-à-vis de mon parti et de ceux qui sont venus voter à la primaire, mais dans une situation d'inconfort par rapport à ce que je crois bon pour le pays".
 
Mike Leyral








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 17:20 Marcel Tuihani va formaliser la création de son parti

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017