SOCIÉTÉ

Vidéo - Alzheimer : il faut "oser en parler"


Samedi 23 Septembre 2017 à 15:45 | Lu 3032 fois

PUNAAUIA - Ce samedi, l'association Polynesie Alzheimer était à la mairie de Punaauia. Les familles de malades d'Alzheimer et toute personne intéressée pouvait rencontrer des sociétés, des spécialistes médicaux/para-médicaux, des structures d’accueil et de services à la personne, et des services administratifs, afin de récolter un maximum d'informations.


Yolande Huioutu, vice-présidente de l'association Polynésie Alzheimer. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Yolande Huioutu, vice-présidente de l'association Polynésie Alzheimer. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Yolande Huioutu est vice-présidente de l'association. Elle a vécu la maladie de près. Son mari, aujourd'hui décédé, était atteint d'alzheimer. Ses enfants et elle ont eu du mal à admettre la maladie. "C'était le chef de famille. De voir leur papa comme ça.... (...) Mon fils ainé a très mal réagi. (...) Moi non plus je ne l'ai pas admis de suite. J'avais pourtant déjà vécu ça avec ma maman."

Yolande raconte que son mari a longtemps lutté contre sa maladie. "Il me disait qu'il avait arrosé les plantes. Quand j'arrivais il ne l'avais pas fait (...) Je pensais qu'il faisait exprès. (...) Les enfants ont fait leur vie. Je me suis retrouvée seule avec lui. Il devenait agressif." 

Petit à petit, son mari s'est renfermé, ne voulait voir personne "même pas ses petits-enfants". Le mari de Yolande ne dormait plus. "Ni le jour, ni la nuit. Il fallait toujours le surveiller (...) Ça m'a épuisé." 
Son neurologue recommande finalement à Yolande de placer son mari. "Je ne l'ai jamais laissé. J'allais voir tous les jours ce qu'il faisait, ce qu'il mangeait. Il y en a qui disent que placer c'est ne plus aimer."

Yolande conseille aux familles "d'en parler". "Je ne connaissais pas l'association à l'époque mais c'était les débuts de l'association. je pensais que j'étais seule. Et quand j'en ai entendu parler, j'avais placé mon mari. J'ai pu faire la formation et je me suis rendue compte que je n'étais pas seule, j'ai pu partager". Parler d'alzheimer avec des professionnels, d'autres parents de malades, permet d'apprendre les bons gestes. "Je ne savais pas que le kiné et l'ergothérapeute étaient très importants. Il y a un moment où le malade ne peut plus avaler. L'ergothérapeute va réapprendre à avaler. (...) Et par exemple, la musique est très importante pour les malades.... L'organisation de la maison aussi est très importante. Il y a plein de choses auxquelles on ne pense pas tout seul. "


Rédaction web avec Tamara Sentis et Tauhiti Tauniua Mu San 








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Octobre 2017 - 17:27 2 600 participants au cross de La Mennais

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB