SOCIÉTÉ

Une centaine de casques non homologués détruits


Vendredi 23 Octobre 2015 à 17:42 | Lu 293 fois

SÉCURITÉ ROUTIÈRE - Ces casques ont été récupérés par la gendarmerie lors de l'opération "alternative aux poursuites". Une manière d'inciter les propriétaires de deux roues à se conformer aux lois et à conduire en toute sécurité. Une autre opération est prévue.


Crédit : haut-commissariat
Crédit : haut-commissariat
Ce vendredi, la gendarmerie a fait détruire 109 casques non homologués récupérés lors de l'opération "alternative aux poursuites" mise en place par la brigade motorisée de février à septembre. "Un conducteur de 2 roues qui est détenteur d'un casque non homologué se voit verbalisé par les gendarmes à hauteur de 16 100 Fcfp. C'est une amende qui est assez conséquente. Et donc ce conducteur a tout intérêt non pas à payer cette amende, mais plutôt à renouveler son matériel", explique le colonel Caudrelier. "Et pour renouveler son matériel, c'est simple : il se rend chez un vendeur, il nous présente le casque nouvellement acheté, homologué, il nous remet l'ancien casque, et donc il y a un classement et la personne ne paiera pas son amende. C'est un deal qui a été monté avec l'accord du procureur de la République pour classer ces affaires", détaille le commandant de la gendarmerie en Polynésie française. 

Cette opération est maintenant terminée. Les forces de l'ordre espèrent avoir créé un déclic chez les conducteurs. "Nos efforts répétés sont faits pour changer les mentalités. Et puis pour obtenir un résultat concret sur le terrain. (...) C'est vraiment quelque chose de concret avec un intérêt pratique, un intérêt pécuniaire pour les gens de se conformer à la loi. Nous les aidons en quelque sorte à se conformer à la loi", explique le colonel Caudrelier. 

Les casques saisis ont été détruits ce vendredi par la société Fenua ma. Ils seront ensuite recyclés. "Sur cette opération, nous avons fait deux opérations en une. C'est-à-dire que nous avions déjà une opération de prévue pour certains véhicules. Les véhicules ont été déjà dépollués et là, cet après-midi, on vient de mettre les casques saisis par la gendarmerie à l'intérieur de ces véhicules. On compacte les véhicules et donc ça sert de sarcophage. L'ensemble compacté va ensuite être expédié en Nouvelle-Zélande pour être recyclé", explique Benoit Layrle, directeur de Fenua Ma. 

Dans le prolongement de l'opération  "alternative aux poursuites", la gendarmerie en organise une deuxième, en collaboration avec une banque du fenua. "Une opération qui est en fait subventionnée par la Banque de Polynésie qui va  payer un montant forfaitaire de 5 000 Fcfp par casque acheté sur un contingent qui est limité à 60 casques. Donc c'est une opération qui va être montée dans les semaines qui viennent de manière à inciter les gens, encore, à changer volontairement leur matériel avec une réduction qui peut représenter jusqu'à 4/5e du prix du casque", annonce le colonel Caudrelier. 


Rédaction Web (Interviews : Tauhiti Tauniua Mu San)

Colonel Pierre Caudrelier, commandant de la gendarmerie en Polynésie française


Benoit Layrle, directeur de Fenua Ma


Crédit : haut-commissariat
Crédit : haut-commissariat

Crédit : haut-commissariat
Crédit : haut-commissariat








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard