SOCIÉTÉ

Une baleine et son petit pourchassés, Mata Tohora veille


Dimanche 11 Septembre 2016 à 16:36 | Lu 7902 fois

ENVIRONNEMENT - C'est la saison des baleines. L'association pour la protection des mammifères marins de Polynésie veille. Agnès Benet et son équipe se rendent régulièrement sur l'eau pour sensibiliser. Et il reste encore beaucoup à faire...


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Alors que nous sommes en pleine saison des baleines et que l'activité d’observation est en pleine expansion, il est impératif de respecter la réglementation en vigueur.
Du mois de juillet au mois de novembre, les baleines viennent dans les eaux polynésiennes pour se reproduire et mettre bas.
Depuis cinq ans, les membres de l'association Mata Tohora  ne cessent de sensibiliser les amateurs de baleines aux règles de sécurité.

Ce dimanche, Agnès Benet, présidente de l'association, et son équipe étaient sur l'eau. Ils ont pu constater des infractions. Depuis deux jours, une baleine, très fatiguée, et son baleineau, se reposent dans le lagon de la côte Ouest de Tahiti. Mais ce dimanche, des observateurs n'ont pas respectés les règles. "Elle est ressortie par la passe hier (samedi, NDLR) en fin de matinée. Et aujourd'hui elle se retrouve face aux prédateurs avec des bateaux qui la pourchassent et qui l'amènent au large", explique Agnès Benet. Les prédateurs ? Des orques, repérés il y a peu. 

La présidente de Mata Tohora en appelle à la responsabilité de chacun. "C'est un message pour les gens qui aiment les baleines et qui vont les observer parce qu'ils les aiment. Il faut bien comprendre que les baleines n'ont pas une vie tranquille. Il faut respecter les règles d'approche parce qu'elles sont là pour ça, pour anticiper les problèmes. Les personnes qui voient la baleine aujourd'hui dimanche ne savent pas qu'il y a 3 jours elle était en phase d'épuisement, où on a pensé qu'elle était échouée."
Interrogés, les observateurs ont admis ne pas se rendre compte qu'ils faisaient fuir la baleine et son petit. 

Agnès Benet, présidente de l'association Mata Tohora

Outre la réglementation déjà en vigueur, Mata Tohora a mis en place un nouveau label en faveur des professionnels du whale watching. Le label est indiqué par un pavillon sur le bateau de l’opérateur labellisé et sur ses supports publicitaires. Les whale-watchers labellisés s’engagent à respecter des règles d’approche éco-responsables. Ces règles supplémentaires sont inscrites dans la Charte    que le whale-watcher labellisé a signé.
Pour toutes infractions réelles et sérieuses relatives à cette présente charte, un comité sera réuni pour délibérer de la reconduction de ce label.
Contrairement au Code de l’Environnement, les chartes n’ayant pas de valeur juridique, l’engagement est uniquement moral et répond à une éthique. En revanche, au bout de 3 infractions le label pourra être retiré pour l’année en cours. Le pavillon sera restitué à l’association.
12 prestataires ont déjà reçu le label whale watching Mata Tohora.
 
Rédaction web avec Thierry Teamo








Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard