SOCIÉTÉ

Une Miss France aux urgences de Taaone


Jeudi 29 Octobre 2015 à 14:03 | Lu 14278 fois

PEOPLE - La belle Marine Lorphelin, Miss France 2013 et première dauphine de Miss Monde a choisi la Polynésie pour effectuer son stage de médecine. Il risque d'y avoir affluence aux urgences de Papeete...


Marine Lorphelin à l'hôpital de Taaone. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Marine Lorphelin à l'hôpital de Taaone. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Marine Lorphelin  a débuté lundi un stage aux urgences de l'hôpital. À 22 ans, Miss France 2013 n'est pas qu'un mannequin : elle est étudiante en quatrième année de médecine, et elle a choisi la Polynésie pour l'un de ses stages.
Pourquoi le CHPF ? Tout simplement parce que lors de sa visite en Polynésie en tant que Miss, Marine Lorphelin s'était blessée à la tête. Un incident sans gravité, mais qui lui avait fait découvrir les urgences. Séduite par la modernité de l'hôpital, elle a postulé dans ce service. "J'ai eu la chance de découvrir la Polynésie il y a un an et demi environ et j'avais fait un petit passage aux urgences pour l'anecdote. Et du coup j'ai découvert l'hôpital qui est plutôt moderne, avec des services intéressants, donc je me suis dit pourquoi pas, si j'ai envie de revenir en Polynésie, faire d'une pierre deux coups et faire un stage en même temps", explique la belle au micro de Tahiti Nui Télévision. 

Ce jeudi, elle a soigné le petit Kenny Vairaaroa, qui est tombé pendant son cross scolaire. Il s'est ouvert le menton et a été amené aux urgences par son père Steave, un pompier habitué a des blessures plus sérieuses et très content de confier son fils à Marine Lorphelin.
La future médecin n'a pas encore le droit de tout faire : pour les urgences vitales, ou pour les points de suture sur le visage, elle observe les cadres plus expérimentés. Mais ce jeudi matin, c'est plutôt calme : elle voit plusieurs enfants aux pathologies mineures, et engrange les conseils de collègues plus expérimentés. 
Pour une étudiante en médecine, ce stage promet une expérience différente de la métropole. Certaines maladies, comme la leptospirose ou le chikungunyua, sont peu communes dans les hôpitaux européens, tout comme les accidents de plongée. 

Après Laure Manaudou mercredi en pédiatrie, les regards se tournaient donc ce jeudi vers les urgences : quelques employés d'autres services sont venus jeter un oeil curieux, et quelques visiteurs ont demandé un selfie à l'ancienne Miss France.
Elle s'est dite surprise d'être plus reconnue qu'en France, même en blouse d'urgentiste ou en tenue de sport au supermarché. Même si  elle se prête de bonne grâce aux sollicitations, elle souhaite se consacrer avant tout à l'hôpital. "Ça me surprend parce qu'en France je suis reconnue, appréciée, je pense, mais pas autant qu'ici. Ici, dans la rue, on me reconnait. On m'a reconnue à Carrefour alors que j'étais en tenue de sport. Là je suis au naturel, avec mes lunettes, et pourtant il y a quelques patients qui m'ont reconnue. Et surtout, il y a l'affection particulière autour des Miss. j'ai remarqué qu'ici la Miss est vraiment la reine de l'île, elle fait toutes les pubs, elle est vraiment mise en avant, vraiment appréciée. C'est vrai que c'est différent de la métropole", reconnait Marine Lorphelin.

Marine Lorphelin compte toutefois profiter de son séjour pour visiter la Polynésie, et peut-être rencontrer Hinarani de Longeaux, sa première dauphine à Miss France : une ancienne rivale avec laquelle elle avait sympathisé. "C'est quelqu'un que j'apprécie et justement je lui ai laissé un petit mot pour lui dire que je suis sur place quelques semaines et que si elle revenait durant cette période, je serais ravie de la voir."
 
Rédaction Web avec Mike Leyral

Marine Lorphelin, Miss France 2013, étudiante en médecine








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard