MONDE

Un projet pour sauvegarder la diversité des cocotiers dans le Pacifique


Vendredi 22 Juillet 2016 à 10:21 | Lu 987 fois

ENVIRONNEMENT - Des représentants des pouvoirs publics des Fidji, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et du Samoa accompagnés d’acteurs internationaux ont lancé une mission en vue de protéger la diversité des variétés de cocotiers océaniens et les moyens de subsistance y afférents contre les impacts du changement climatique et d’autres menaces.


Cette mission est coordonnée par Bioversity International et le Réseau de matériel génétique pour le cocotier (COGENT), en partenariat avec le Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique de la Communauté du Pacifique (CPS).
D’une durée de trois ans, ce projet, qui vient de démarrer, vise à actualiser et étoffer la banque de gènes du nouveau centre international de ressources génétiques du cocotier pour le Pacifique Sud et à conserver ainsi les ressources génétiques du cocotier au profit des générations actuelles et futures.
Ce projet est financé par la Darwin Initiative, un programme de subventions britannique qui aide à protéger la biodiversité dans le monde entier.

La noix de coco contribue à assurer la subsistance et la sécurité alimentaire de plus de 10 millions d’agriculteurs qui, dans le monde entier, cultivent le cocotier sur une superficie d’environ 12 millions d’hectares.
Toutefois, les efforts de conservation de la biodiversité représentative du cocotier n’aboutissent pas tous et, dans de nombreux pays de la région, cette biodiversité est gravement menacée par la salinisation des sols et les impacts du changement climatique, sans oublier l’élévation du niveau de la mer qui fait planer une menace imminente sur la région.

Crédit :Photo credit: virage_fr via VisualHunt / CC BY-NC-SA
Crédit :Photo credit: virage_fr via VisualHunt / CC BY-NC-SA
Ce projet permettra de créer un nouveau centre international de ressources génétiques du cocotier en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où le centre existant pour le Pacifique Sud est menacé par des phytoplasmes qui causent la maladie du syndrome du cocotier de Bogia, dont les symptômes rappellent le jaunissement mortel du cocotier.
Le transfert du centre de ressources génétiques de Madang à Punipuni, en partie financé par les pouvoirs publics de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et la duplication de collections de sauvegarde aux Fidji et au Samoa, représentent une occasion de recueillir et de protéger les cultivars menacés.

"La Darwin Initiative est importante pour assurer la durabilité de notre diversité génétique locale et la prospérité à venir de nos ressources, garantissant la sécurité alimentaire et répondant ainsi aux menaces actuelles posées par les nuisibles, les maladies et le réchauffement climatique", a indiqué Alan Aku de Kokonas Indastri Korporesen (KIK), lors de l’atelier organisé en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour le lancement du projet aux Fidji.
S’exprimant sur la pertinence que revêt le projet pour la région, Misa Konelio, directeur adjoint du ministère samoan de l’Agriculture, a ajouté : "le cocotier est un arbre de vie ; conserver une diversité unique à l’aide d’approches novatrices et du renforcement des capacités contribue à garantir la pérennité de cette ressource importante pour la sécurité alimentaire de notre pays." "Comment pourrions-nous vivre sans la noix de coco ? Elle est symbole de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et permet à nos populations de générer des revenus. Ce projet est important, car il nous aidera à conserver notre diversité unique et à relever ainsi les défis mondiaux", a expliqué Apaitia Macanawai, directeur par intérim du département fidjien de la recherche.

Le projet viendra ajouter à la liste actuelle des variétés de cocotiers inscrites aux registres du centre de ressources génétiques du Pacifique Sud de nouvelles variétés choisies dans d’autres pays océaniens conformément à des critères autorisés.
Un panel de partenaires experts issus d’organisations internationales, régionales et locales œuvrera de concert, pendant les 40 années à venir, à recenser les variétés de cocotiers les plus menacées par la perte d’habitat.
Une zone des "sites les plus menacés" sera délimitée et étudiée afin de sélectionner et de caractériser les variétés de cocotiers inconnues ou "orphelines".

Les variétés rares sélectionnées seront alors envoyées en toute sécurité vers les sites de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Fidji et du Samoa pour y être conservées dans les centres de ressources génétiques.
Autre résultat escompté de ce projet : le renforcement des capacités du personnel des centres de ressources génétiques et la formation de jeunes scientifiques dans les domaines de l’amélioration génétique et de la conservation des cocotiers.

Le mois dernier, l’atelier de lancement du projet a réuni des partenaires comme COGENT/Bioversity International, le responsable du centre de ressources génétiques du cocotier pour le Pacifique Sud, hébergé par le Cocoa Coconut Institute (CCI) en Papouasie-Nouvelle-Guinée, la CPS, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), ainsi que des représentants des gouvernements des Fidji, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et du Samoa. Le Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures et la Communauté de la noix de coco pour l’Asie et le Pacifique participent également à ce nouveau projet.


(Communiqué de presse)







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard