SOCIÉTÉ

Un plan pour sauver la PSG


Mercredi 1 Février 2017 à 17:05 | Lu 1350 fois

SANTE - Conscient que le système de santé souffre de nombreux dysfonctionnements, le gouvernement a lancé un "Plan d’action pour améliorer la performance du système d’assurance-maladie polynésien". Ce plan, selon le gouvernement, se veut pragmatique et impulsera des évolutions par étape et sous forme d’expérimentations.


Jacques Raynal, ministre de la Santé, s'est vu confier la lourde tâche de réformer la PSG. Crédit photo: TNTV
Jacques Raynal, ministre de la Santé, s'est vu confier la lourde tâche de réformer la PSG. Crédit photo: TNTV
Pour réussir, ce plan, "exige la compréhension de tous nos concitoyens" et pour ce faire,  "doit impliquer l’ensemble des professionnels et notamment les partenaires institutionnels et privés", explique le gouvernement dans le compte rendu du conseil des ministres.

Déclarant que "le gouvernement est résolu à ajuster les régimes de retraites aux contraintes démographiques et financières qui les ont conduits dans l’impasse." il précise que "l’adaptation des régimes de retraite ne pourra pas se faire de façon instantanée. Ce travail prendra plusieurs années, mais pour être crédible, les premières étapes de réalisations concrètes devront être visibles dès 2017".

"A partir du mois d'avril nous mettrons en place  les mesures que nous devons prendre dans l'immédiat, les plus rapides à prendre, les plus simples et également celles plus importantes qui permettent de retrouver un équilibre financier." explique Jacques Raynal, ministre des Solidarités et de la Santé en charge de la réforme de la protection sociale généralisée.

Cet équilibre financier tant recherché peut-être retrouvé, selon Jacques Raynal "sous la forme d'une progression, nous ne sommes pas obligé d'arriver tout de suite à l'équilibre, mais il faudra qu'on le trouve puisque les réserves concernant la retraite sont en train de s'épuiser. Certaines mesures ont été décidées en conseil des ministres qui permettent d'avoir une visibilité jusqu'à horizon 2032, mais cela ne suffit pas. Il faut prendre d'autres mesures."

Un comité de pilotage sous l’égide du ministère des Solidarités associera l’ensemble de la société civile, les acteurs de santé publique et privée et d’autres organismes comme la C.P.S.

Pour le gouvernement, "Cette concertation progressera efficacement à la faveur d’une méthodologie simple mais opérante. Cette trame méthodologique prévoit une organisation des travaux qui s’établira comme suit :

a - Création d’un comité de pilotage
Il constitue un organe décisionnel composé de dix membres (acteurs économiques, professionnels de santé « de terrain », etc). Il a pour rôle, dans une première phase, de proposer des thématiques et de les diffuser vers des « ateliers thématiques » dans le courant du mois de février.

 b – Mise en place d’ateliers thématiques
Ces ateliers auront à développer une réflexion sur des thèmes ciblés et seront composés d’un effectif resserré d’une dizaine de personnes dont les travaux seront coordonnés par un animateur neutre. Ils livreront leurs conclusions pour la troisième semaine du mois de mars au comité de pilotage.

Restitution des propositions
Le comité de pilotage devra synthétiser, sur une semaine, l’ensemble des propositions d’action pour les officialiser au plus tard début avril". Pour le Pays, "Le gage de réussite d’une telle, entreprise reste la consultation, la concertation et le consensus".

 
Rédaction Web 






SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB