SOCIÉTÉ

Un casino à Tahiti : Une opportunité risquée


Samedi 7 Mai 2016 à 17:48 | Lu 3047 fois

QUESTION DE LA SEMAINE - Quel serait l'impact de l'ouverture d'un casino en Polynésie ? C'est la question que nous vous avons posé cette semaine. L'idée avait déjà été soulevée en 2013 au moment de l'annonce du projet Mahana Beach. Cette semaine, l'homme d'affaire Frédéric Grey l'a remise sur le tapis en faisant part de sa volonté d'ouvrir un tel établissement en Polynésie. Interrogée, la population a un avis mitigé.


Sur les réseaux sociaux, la question a vivement fait réagir.  Plus de 220 internautes ont donné leur avis sur la page facebook de Tahiti Nui Télévision. Si certains estiment qu'un casino boosterait l'économie du Pays, d'autres redoutent que les amateurs de jeux y perdent la tête et dilapident leurs économies.

Même réponse dans les rues de la capitale. "Il y a certaines famille qui sont pauvres et qui, à force d'aller au casino, vont être encore plus pauvres" indique un jeune homme.  Pour cette commerçante en revanche, les Casino pourraient être une seconde source de revenus pour les familles. "C'est une autre façon de gagner de l'argent. Il suffit d'aller jouer et quand tu as de la chance et bien tu gagnes." déclare t'elle.

Et puis il y a ceux qui mettent en lumière les paradoxes de cette interdiction. "Le loto c'est aussi une forme de casino" fait remarquer un homme "Alors je ne comprends pas pourquoi le loto ils acceptent et le Casino ils n'acceptent pas. A partir du moment où on  créé des emplois localement je ne vois pas de mal". Une passante  ajoute  "Le fermer aux locaux si les touristes l'utilisent, c'est délicat".
Il est vrai que l'idée a germé d'interdire aux Polynésiens l'accès au Casino, pour les protéger des risques liés aux jeux. Un procédé que le père Christophe considère comme " infantilisant". "Quel regard porte-on sur le Polynésien, est-ce qu'on le considère comme une personne à part entière ou bien comme une personne enfant ?" S'interroge l'homme d'église.

Le rapport détaillé réalisé par les membres du Conseil Economique Social et Culturel (CESC) en 2013 sur l'implantation des casinos en Polynésie, stipulait déjà que l'Eglise Catholique n'était pas opposée aux jeux d'argent dans la mesure ou "cela ne met pas en difficulté la survie d'une famille".

Pourtant, force est de constater que la population polynésienne aime les jeux d'argent, parfois plus que de raison. Chaque année la Polynésienne des jeux enregistre plus de 5 milliards de Francs de mises. Quand aux kikiri, les jeux clandestins, ils fleurissent plus vite que les hibiscus sur le territoire. Toujours selon le rapport du CESC , plus de 1000 personnes seraient dépendantes aux jeux d'argent en Polynésie, soit 0.4% de la population.

Si certains Polynésiens sont farouchement opposés à l'ouverture de ces établissement, c'est d'ailleurs parce que le jeu a déjà ruiné de nombreuses familles sur le fenua. A l'époque où les établissements de jeu existaient légalement à Tahiti, il n'était pas rare de voir certains joueurs dilapider l'argent familial en une soirée. Un habitant de Raiatea a perdu jusqu'à 48 millions de Francs en une seule journée.

Toutefois, selon Michel Cerdini, l'un des rapporteur du projet du CESC  "82% des foyers sont connectés à internet via leurs téléphones mobile, (...) ça veut dire qu'aujourd'hui, quiconque peut jouer à des jeux d'argent de façon complètement dérégulée sur internet."

Dans son rapport, le CESC avait estimé que l'ouverture d'un casino serait bénéfique pour la Polynésie, dans la mesure où elle permettrait d'augmenter les recettes du Pays. Le rapport envisageait également une série de mesures de prévention pour lutter contre l'addiction aux jeux.

L'ouverture d'un casino ne pourra se faire qu'à la suite d'un arrêté pris en Conseil des ministres. Le sujet sera peut être à nouveau étudié à l'occasion de la venue de l'homme d'affaire Frédéric Grey sur le territoire le mois prochain.
 
Rédaction web (Interview Sam Teinaore)

 

Les précisions de Sam Teinaore








Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 19:01 Le black tropical s'expose au Mayfly Market

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard