SPORT

Teva Plichart veut "faire de la Polynésie un lieu incontournable de la voile"


Dimanche 30 Juillet 2017 à 10:55 | Lu 1138 fois

VOILE - Au terme de 20 jours de régate en un mois, Trésors de Tahiti termine deuxième du Tour de France à la voile, l’une des courses les plus exigeante au monde. Remis de ses émotions, Teva Plichart, skipper, fait le bilan de cette extraordinaire aventure et donne des perspectives d’avenir pour le projet des Trésors de Tahiti :


Que retenez-vous de ce Tour de France à la voile d’un point de vue sportif ?
"La progression entre le début et la fin de Tour. On pensait qu’on allait vite mais on a trouvé des petits réglages pour être encore plus rapides, ce qui nous a permis de nous sauver de beaucoup de situations."
 
Où pensez-vous qu’il y a encore des marges de progression ?
"Dans la régularité. Il faudra travailler pour ne plus avoir des coups de mou l’année prochaine. Être leader du Tour, c’est psychologiquement lourd à porter. Ce n’est pas comme être leader d’une régate. Que ce soit moi ou notre barreur Pierre [Pennec], on a pu avoir du mal à gérer la pression. C’est génial d’avoir terminé 2e du Tour mais il fallait ce petit plus pour accrocher le titre."
 
Comment le groupe a réussi à rester soudé dans l’adversité ?
"On s’apprécie tous. On se respecte tous. On a tous le même objectif : évoluer ensemble pour aller chercher la victoire l’année prochaine. On sait mettre nos égos de côté et discuter pour progresser. Il y a des équipes qui ont des managers qui cassent leurs navigants et Emmanuel [Versace] a toujours été positif. Toute l’équipe, à terre et à bord, était dans ce même état d’esprit."
 
Quel est votre plus beau souvenir ?
"J’en ai deux. La compétitivité et l’intensité qu’on a mis à bord avec Quentin [Ponroy] pour remonter de la 28e à la 9e place sur le raid de Roses. Ensuite, la Super Finale Or qu’on fait hier [samedi 29 juillet]. L’état d’esprit qu’on avait sur le bateau, on ne l’avait jamais eu avant. C’était quelque chose de nouveau. J’étais dans un état second. Manutea [Mahai] était hyper percutant. C’était notre meilleur souvenir."
 
Et le pire ?
"C’est clairement l’étape de Grau-du-Roi [7e acte]. Une journée où on fait 13e comme à Marseille, cela arrive mais faire 26e… On aurait fait 13e ou 14e de cet acte, on aurait pu jouer la victoire le dernier jour. Le scénario aurait été différent. C’est ce genre de chose qu’il faudra travailler l’année prochaine."
 
 
La présence de Teahio Mahai, assistant préparateur du bateau et membre de l’équipage Trésors de Tahiti Espoirs, a également poussé le projet dans une nouvelle perspective.
"Oui, il est une autre composante de notre belle performance. Le voir progresser continuellement, le voir curieux de tout est une véritable satisfaction. Même quand il était crevé par les heures de travail, il ne s’est jamais plaint, il a toujours gardé le sourire et nous soutenait en toutes circonstances."
 
Que doit retenir ce Tour de la présence des Trésors ?
"Que notre histoire est belle. Comme l’équipage d’Oman Sail, nos Tahitiens à bord sont des pêcheurs qui ont appris à faire de la voile sur le tard. Sur les autres bateaux du Tour, il y avait des hommes et des femmes qui naviguent depuis 20, 30 ans et qui ont des palmarès de fou ! Sur Fondation FDJ, SFS ou Beijaflore, le niveau est très très haut avec des régatiers olympiques, des champions du monde, etc. Et nous, on se construit un palmarès avec des débutants. C’est beau, non ?"
 
Qui remerciez-vous pour cette belle aventure ?
"Je remercie toutes les institutions du Pays qui nous ont soutenu. J’ai une pensée pour M.Teva Rohfritsch qui nous a lancé l’an dernier et bien sûr M.Edouard Fritch qui a défendu et soutenu notre projet. Faire ce deuxième Tour est un bel accomplissement que la Polynésie française n’avait encore jamais fait. Nous remercions également les Ministres du Tourisme et de la Jeunesse et des Sport, M.Nicole Bouteau et son prédécesseur M.Jean-Christophe Bouissou et Mme Nicole Sanquer, désormais députée de la République comme Mme Maina Sage qui nous a soutenu. Grâce à leur soutien dans la durée, nous avons là une immense opportunité de développer sur la durée de beaux projets dans le tourisme sportif et le nautisme. Nous voulons que la Polynésie française soit un lieu incontournable de la voile pour les équipages professionnels en terme d’entrainement ou d’organisation de régates comme la Tahiti Pearl Regatta ou le Grand Prix de Tahiti qui nous voulons mettre en place du 16 au 26 novembre prochain. Maintenant, notre objectif sur le court terme est de pouvoir garder notre bateau. On espère que notre 2e place sur ce 40e Tour de France à la voile encouragera la générosité des donateurs pour le sauver de la vente, repartir sur une nouvelle saison sereins l’an prochain et viser la victoire sur le Tour 2018."

Les Trésors de Tahiti en quelques chiffres sur le Tour de France à la voile 2017 :

La joie de l'équipage - Facebook
La joie de l'équipage - Facebook
  • 0 : le nombre de jours passés en dehors du podium
  • 2e : la place des Trésors au classement final du Tour de France à la voile 2017
  • 2 : le nombre de victoires d’épreuve
  • 4 : le nombre de fois que les Trésors ont terminé 2e des épreuves
  • 7 : le nombre de jours que les Trésors ont eu le gennaker bleu de leader
  • 19 : le nombre de bateaux dépassés par les Trésors sur le raid de Roses (de la 28e à la 9e place)
  • 808 : leur nombre de points au classement général
Rédaction web avec communiqué







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017