SOCIÉTÉ

Tepa Teuru : "Je peux tout jouer, mais j'ai choisi l'humour pour commencer."


Dimanche 26 Avril 2015 à 10:33 | Lu 1857 fois

Au large d'une vie est le premier court-métrage 100% polynésien. Il sera présenté au festival Cannes dans le cadre du Short Film. Tahiti Nui Télévision vous propose une série d'articles pour découvrir l'envers du décor de cette production locale.
Dans le film, Tepa Teuru, acteur culte de Hiro's, joue le rôle principal. Il incarne le personnage Teva, un jeune polynésien passionné de cinéma qui quitte le fenua pour trouver du travail en France. Il a accepté de répondre à nos questions :


Comment as tu rejoins l'aventure du film "Au large d'une vie" ?
" La réalisatrice de hiro's m'a fait passer le casting. Elle a vu que j'étais bon pour ce rôle, et elle m'a pris pour le film. Elle était bluffée car elle a vu que je pouvais incarner un rôle sérieux. D'ailleurs, j'ai carrément pleuré pendant le casting, et je pense que cela a joué en ma faveur ! Tu vois, l'effet d'une larme peut changer ta vie. "

Est-ce ton premier rôle pour le cinéma ?
"Oui, c'est mon premier rôle au cinéma. J'étais très fier de voir mon film. J'ai été à l'avant-première et c'était top. Mes parents étaient très fiers, toute ma famille et moi en premier".

Peux-tu nous expliquer ton rôle ?
"Dans le film, je joue le rôle de Teva, un jeune polynésien qui doit quitter son île, Tahiti, pour réaliser son rêve : devenir réalisateur. Il est passionné de cinéma, et quand il part en France, il a doit abandonner tout ce qu'il a réussi à Tahiti : sa copine, sa famille, ses amis. La séparation n'est pas facile. Au bout de 10 ans, il est reconnu comme réalisateur en France. Il sort un long-métrage qu'il va venir présenter ici à Tahiti pour un festival dont il est président. C'est l'occasion pour lui de revenir, mais son retour n'est pas facile : il revoit son ex, il retrouve sa famille. Son père lui fait toujours la gueule car il souhaitait qu'il reprenne l'exploitation de tiaré de la famille au lieu de faire du cinéma. Ses amis sont devenus réalisateurs ici sans devoir quitter le fenua. Pendant 10 ans, le secteur de l'audiovisuel s'est beaucoup développé et il ne sait pas si a eu raison de partir ou pas."

Tu es passé d'un registre comique avec Hiro's à un rôle beaucoup plus sérieux. As-tu rencontré des difficultés pour incarner ton personnage ?
"Oui et non car l'histoire de Teva ressemble un peu à la mienne ! Sauf le coté introvertis et coincé de mon personnage. C'est très différent de ce que je fais dans Hiro's : plutôt comique, déjanté ... Mais c'est ça, le métier d'acteur. Je peux tout jouer, mais j'ai choisi l'humour pour commencer."

Que penses-tu du thème du film ?
"Le thème du film va parler à beaucoup de jeunes. Je pense qu'ils sont nombreux à vouloir faire ce métier, mais il n'y a pas de débouchés ici, en Polynésie. Tu ne verras jamais une annonce du SEFI "recherche deux acteurs et un réalisateur" ici, on recherche plutôt des serveurs ou des coiffeurs. C'est à toi de te vendre, de te démarquer, et toujours faire plus que ce qu'on te demande. C'est très important dans ce métier. "

Le film sera présenté au festival de Cannes prochainement. Quel est ton ressenti ? 
"C'est une équipe polynésienne qui a réalisé ce film. Je pense que c'est un bon produit local et ça montre à l'international qu'ici, en Polynésie, on réalise aussi des films."
 
Propos recueillis par Elodie Sartoux







Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard