POLITIQUE

Tahoera’a : démission d'office de six ministres et un député


Mardi 26 Mai 2015 à 17:50 | Lu 1446 fois

CONSEIL POLITIQUE. Le Tahoera’a Huiraatira poursuit son travail de "clarification" en tirant les conséquences des récents événements politiques qui ont conduit à la scission du parti.


Gaston Flosse - archive
Gaston Flosse - archive
Après avoir exclu les candidats dissidents aux sénatoriales ; après avoir constaté la démission d’office des représentants à l’assemblée qui ont quitté le groupe Tahoera’a Huiraatira pour fonder un nouveau groupe, le Tapura Huiraatira ; le conseil politique a acté pour la démission d’office. Les membres de droits appartenant au gouvernement et un parlementaire sont concernés par cette mesure. Les personnes ci-dessous mentionnées ne font donc plus partie du Tahoera’a Huiraatira :
 
  • Jean Paul Tuaiva, député
     
  • Jean Christophe Bouissou, ministre de la Relance Economique
     
  • René Temeharo, ministre de la Jeunesse et des Sports
     
  • Tearii Alpha, ministre du Logement
     
  • Nicole Sanquer, ministre de l’Education
     
  • Frédéric Riveta, ministre du Développement des Activités du Secteur Primaire
     
  • Patrick Howell, ministre de la Santé
     
Le conseil politique a tiré les conséquences de la création du nouveau groupe et de l’attitude hostile de celui-ci à l’égard du Tahoera’a Huiraatira dans le cadre de l’alliance décidée par le président Edouard Fritch. Selon le parti, l'alliance  avec l’opposition dans avait pour  but de reléguer le Tahoera’a Huiraatira en le privant de moyens. Le conseil politique a décidé qu’il ne soutiendra plus ce gouvernement, mais que les représentants du groupe Tahoera’a Huiraatira voteront des textes soumis à l’assemblée en tenant compte du programme sur lequel ils ont été élus le 5 mai 2013.
 
Gaston Flosse s'est exprimé devant le conseil politique.
"Il faut lever toutes les ambiguïtés qui peuvent encore jouer contre nous. Une nouvelle étape a été franchie ce soir dans ce travail de clarification. D’autres nous attendent. C’est en restant unis et débarrassés des traitres que nous traverserons cette épreuve imprévue, et que nous reviendrons plus fort avec la confiance renouvelée des Polynésiens. Je reste persuadé que rien de bon, rien de constructif, rien de stable ne peut sortir des marchandages actuels nés de la trahison et des compromissions. Edouard Fritch s’est fourvoyé, et la population, le moment venu, le jugera sévèrement. " 






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:33 Louis Aliot en visite en Polynésie

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard