SOCIÉTÉ

Tahiti Mahana Beach : les dernières familles d'Outumaoro sont toujours là


Vendredi 15 Avril 2016 à 15:45 | Lu 1701 fois

SOCIAL - Nouvel épisode pour la construction du Tahiti Mahana Beach. Les familles qui refusent de quitter les lieux ont invité la presse ce vendredi matin pour expliquer leurs revendications. Ils ont érigé des poteaux pour délimiter le terrain entre les deux familles encore sur le site. La gendarmerie est rapidement intervenue.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Au début du mois d'avril, 12 familles d'Outumaoro ont reçu une sommation  de la part de TNAD. Dans ce courrier, il est expliqué que la société engagera une procédure judiciaire si ces personnes ne quittent pas le remblai où doit se construire le Tahiti Mahana Beach, avant le 15 avril.

Mais ce vendredi 15 avril, les familles sont toujours sur les lieux. Elles ont invité la presse pour expliquer leurs revendications.
21 familles résident encore sur le site selon Monil Tetuanui. Cet habitant d'Outumaoro est leur porte-parole. C'est lui qui, le mois dernier, a entamé une action en justice pour que les familles ne quittent pas les lieux : "On est sur ce remblai depuis 1956 et nos parents avant. On veut que les gens comprennent ce qu'on est en train de faire. On nous prend pour des squatteurs alors que nous sommes les vrais propriétaires de ces terres",  explique Monil Tetuanui."On a déposé (une action en justice, NDLR) la semaine dernière, le 29 mars (...)On ne souhaite pas que ça dure. On veut que Mahana Beach se fasse, mais on veut que les choses soient bien faites et non pas comme cela a été fait jusqu'à présent. On veut un minimum de respect", déclare le représentant des familles au micro de Tahiti Nui Télévision. 

Du côté de TNAD, chargé de la maîtrise d'ouvrage du futur complexe hôtelier, ce n'est pas le même son de cloche. 
"D'abord, le chiffre de 21, je le découvre. Pour ma part, nous avons 12 familles qui ont été concernées par notre courrier de sommation pour quitter les lieux avant engagement de poursuites en la matière. De ces 12 courriers, 3 familles ont repris le dialogue. Si je fais le calcule, ce n'est pas 21, c'est 12 moins 3 : 9 familles", déclare Claude Drago, directeur général de TNAD, au micro de Tahiti Nui Télévision.

Les occupants avaient jusqu'à ce vendredi pour quitter le remblai. Ce vendredi matin, ils ont érigé ces deux poteaux pour délimiter le terrain des deux familles encore sur site. La gendarmerie est rapidement intervenue pour les faire enlever. TNAD a jusqu'au 30 juin pour parvenir à ses fins. "Nous avons signé un protocole d'accord avec un groupe d'investisseurs le 19 décembre 2015 et nous nous sommes donné une période de 6 mois, c'est-à-dire jusqu'au 30 juin 2016 pour faire la mise au point du contrat. (...) Au 30 juin, je dois faire en sorte que je puisse respecter les obligations contractuelles passées avec l'investisseur", explique Claude Drago. 
​Les familles, elles, ne partiront pas avant le délibéré de la justice. 
 
Rédaction Web (Interviews : Sophie Guébel / Mata Ihorai)

Monil Tetuanui, représentant des familles d'Outumaoro


Claude Drago, directeur général de TNAD








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard